Dans le litige entourant la nomination du prochain Registrar du Medical Council (MC), plusieurs professionnels de cette discipline dénoncent ce qu’ils appellent « une guéguerre intestine à fort relent communal ». Ils déplorent, de même, « la posture de l’actuel président du MC, le Dr Jagutpal, qui est ouvertement anti-Husnoo ». Et se demandent ce qu’est « son « hidden agenda » dans tout ce remue-ménage… »
Pour ces professionnels de la médecine, « il est flagrant que toute cette affaire autour de la mise en cause de la nomination du Dr Aziz Foondun pour être Acting Registrar, et le désir de son éviction par le MC, relève d’une tactique purement communale ». Ces médecins se disent « outrés, mais aussi très attristés par une telle attitude, qui est loin d’être professionnelle, éthique et surtout citoyenne ».
Parmi les médecins qui ont approché Le Mauricien, on dénombre des généralistes et des spécialistes de carrière. Ces hommes et femmes qui pratiquent depuis plusieurs décennies tant dans le privé que dans le secteur public estiment que « tout le ramdam autour de la personne du Dr Foondun relève purement et simplement d’une campagne communale ». « Pourquoi avoir attendu maintenant pour soulever la question autour du fait que les services du Dr Foondun ont été retenus par le ministère de la Sécurité Sociale ? Pourquoi ceux qui en veulent à Foondun, et donc par incidence au Dr Husnoo, ne l’ont pas fait depuis octobre 2016, quand c’était d’actualité ? Il est donc clair, pour nous, que ceux qui veulent dénigrer le Dr Foondun ont agi tout bonnement par un réflexe sectaire… » Ces professionnels de la médecine déplorent, d’ailleurs, qu’« à Maurice, hélas, puisque le ministre est musulman et qu’il a nommé un musulman comme Acting Registrar, l’amalgame est facile et gratuit ! » De plus, notent nos interlocuteurs, « il y a la faction derrière le Dr Kailash Jagutpal, président du MC, qui s’est érigé en défenseur du Dr Keshan Deepchand, à prendre en considération… » Ils rappellent d’ailleurs que « le contrat de Deepchand est arrivé à expiration, et ce médecin, qui a bien profité de ce poste, ne s’est pas embarrassé pour postuler à nouveau ».
Ces médecins se disent « outrés par la bassesse de nos collègues », et pour eux, « la décision d’évincer le Dr Foondun de son poste d’Acting Registrar n’est pas la prérogative du MC. Le conseil doit, par voie de correspondance, en avertir la Commission Électorale. M. Irfan Rahman doit étudier cette question, avec le soutien du State Law Office (SLO) et ainsi avaliser ou pas la décision de déclarer le siège du Dr Foondun vacant. C’est toute une procédure qui doit être respectée. Et cela peut prendre une semaine ou plus. À la discrétion de M. Rahman et de son équipe. Donc, nous ne comprenons pas comment le MC peut, en se basant uniquement, à partir de ce Ruling du juge Domah en juillet 2006, prétendre qu’ils ont déclaré le siège du Dr Foondun vacant ».
Nos interlocuteurs sont également « vivement remontés contre le président Jagutpal. Il est clair, à suivre ses déclarations dans les médias ces derniers jours, qu’il est anti-Husnoo. C’est maintenant qu’il se réveille pour réaliser qu’un ministre ne doit pas s’ingérer dans les affaires du MC ? Pourquoi il n’en avait pipé mot quand Gayan était ministre de la Santé ? Toutes ces questions nous laissent perplexes… » Ces médecins lancent un appel « pour que le professionnalisme et la raison l’emportent sur les forces occultes, nourries de communalisme et autres facteurs peu avouables ».