La Santé a vite réagi à la lettre de démission que le Dr Kailesh Jagatpul a soumis hier matin au Medical Council (MC) et aux raisons avancées par ce dernier pour expliquer son départ. En fait, le recrutement du prochain Registrar, et particulièrement le panel d’intervieweurs décidé par le board du MC le 10 mai dernier, était au centre des différends, d’une part entre le démissionnaire et le ministère de la Santé et, de l’autre, entre le démissionnaire et les 11 membres du board, qui ont réclamé une réunion urgente. Selon nos informations, d’importants développements sont intervenus hier après-midi concernant l’interview des candidats. Cet exercice pourrait avoir lieu la semaine prochaine.
L’interview panel décidé par le MC le 10 mai est composé de trois personnes, soit un “sitting judge”, le Chief Executive Officer du ministère et le président du MC. Cette décision a été prise après d’âpres discussions au sein du conseil en raison de certains désaccords. Selon des membres qui y sont favorables, « cette décision correspond aux principes de “good governance” et garantit la transparence et l’impartialité dans l’exercice de sélection ». D’autres pensent que la composition « does not fairly represent the overall composition of the members of the council ».
Soulignons que le ministère avait envoyé au MC le 10 mai dernier une lettre lui dictant la marche à suivre concernant la composition du panel. Il y a eu ensuite l’annulation de l’interview des candidats sur directive du ministère la veille de cet exercice, prenant ainsi les dirigeant du MC de court, de même que les postulants. De fait, la polémique entourant ce panel de sélection a retardé grandement le recrutement de prochain Registrar tout en paralysant le fonctionnement du MC.
Selon nos informations, la lettre de démission du président du MC a donné lieu hier a beaucoup de réactions au sein du ministère et dans certains milieux du gouvernement. D’importants développements ont eu lieu hier après-midi concernant l’entrevue des candidats pour le poste de Registrar. Le ministère aurait fait savoir au MC hier après-midi qu’il n’est pas contre le panel de sélection déjà arrêté et avalisé par le board et a demandé aux responsables de cet organisme de faire le nécessaire au plus vite pour l’entrevue des candidats. « Le ministère est finalement favorable à la composition de l’interview panel que nous avons choisie et nous sommes contents que la raison ait primé. L’interview des candidats ne va pas tarder », confient certaines personnes proches du Council.
Par ailleurs, la démission du Dr Kailesh Jagatpul était diversement commentée parmi les médecins du privé et du public. Cependant, selon certains médecins, hier après-midi, le principal concerné était encore en fonction car il n’aurait pas encore soumis sa lettre de démission. Interrogé par Le Mauricien à ce sujet en fin d’après-midi, le Dr Jagatpul a répondu qu’il s’était retiré de toutes les instances du MC. « J’ai soumis ma lettre de démission hier matin », dit-il au Mauricien, ajoutant qu’il aurait reçu « des appels et e-mails » de plusieurs médecins, y compris des membres du MC lui demandant de revenir sur sa décision. « J’apprécie le soutien de ces personnes et je prends note de leur demande », dit-il.
Des membres du Council avouent que les événements ayant secoué le MC ces dernières semaines et la démission du Dr Jagatpul ont « créé un certain malaise au sein du board ». Nos interlocuteurs reconnaissent aussi que la belle entente qui régnait dans les premiers mois suivant l’installation du board « a volé en éclats ». Selon les rumeurs hier après-midi, quelques membres n’écartaient pas la possibilité d’une éventuelle démission collective dans les semaines à venir « au cas où l’esprit d’équipe » faisait défaut. « Il y a une certaine cassure. Ce sera très difficile de travailler s’il y a des coups bas et une certaine méfiance », préviennent ces personnes.
En dehors du MC, de médecins ayant une longue carrière ainsi que d’anciens membres du board suggèrent pour leur part la dissolution du board et la tenue de nouvelles élections dans l’intérêt, selon eux, de la profession médicale et des patients. « Les conflits au sein du MC, étalés dans la presse, ternissent l’image du Council. L’installation d’un nouveau board ramènerait la sérénité », croit un ancien dirigeant du MC.