Alors que le ministre de la Santé, Anil Gayan, a annoncé son intention d’introduire un nouveau “shift system” dans les hôpitaux, ce qui devrait permettre de recruter la plupart des médecins au chômage, la Medical Health Officers Association (MHOA) déplore « la démarche unilatérale adoptée par le ministère ». Pour rappel, depuis le 1er avril, un “shift system” a été introduit sur une base pilote pour les médecins urgentistes et, depuis, la frustration règne chez les principaux concernés. Le président de la MHOA, le Dr Waseem Ballam, souligne que « les médecins ont toujours travaillé 33 heures par semaine et, maintenant, on nous fait travailler 40 heures par semaine… pour le même salaire ! ». Face à « l’absence d’un consensus » entre le ministère et le syndicat, celui-ci a décidé de déposer plainte à la Commission Conciliation et Médiation (CCM) lundi.
« Nous ne sommes pas contre le “shift system” ni contre le recrutement de médecins. Mais depuis le 1er avril, on a introduit le “shift system” dans le département des urgences sans qu’il n’y ait eu de consensus avec le syndicat. Nous avons eu des rencontres auparavant avec le ministère, mais aucun consensus n’avait été trouvé. Nous avions demandé au ministère d’attendre la publication du rapport du PRB, mais le “shift system” a été introduit quand même. » La principale source de désaccord des médecins concernés : les 40 heures qu’ils doivent prester par semaine, contre 33 heures auparavant. Et cela, pour le même salaire. « Le calcul est simple : admettons que nous touchions Rs 40 000 pour 33 heures de travail. Et maintenant, on effectue 40 heures pour Rs 40 000 aussi… Ce sont 28 heures de travail par mois que nous offrons gratuitement. Si nous calculons notre salaire par “hourly rate”, c’est sûr que notre salaire de base est réduit. Ce problème suscite beaucoup de frustrations chez les médecins concernés. » Le Dr Waseem Ballam précise que c’est « davantage la manière unilatérale de procéder du ministère » qu’ils déplorent. « On ne peut venir chambouler nos horaires de travail du jour au lendemain sans qu’il y ait un consensus avec le syndicat. Il y a tout l’aspect familial et la santé du médecin à prendre en considération. »
Le président de la MHOA soutient par ailleurs que le rapport du PRB « ne mentionne rien sur le “shift system” » pour les médecins. « Il est faux de dire qu’en signant l’Option Form, nous y avons adhéré. Nous avons signé dans l’espoir de pouvoir aller négocier. » La MHOA souhaite qu’il y ait un nouveau type de “shift system”. « La nature de notre métier est différente de celle des autres. La vie des patients est entre nos mains. Nous subissons un stress mental. Il faut quelque chose de spécifique pour nous. »
Après avoir déposé leur dossier à la CCM lundi, la MHOA a eu une rencontre avec le ministre hier lors de laquelle elle l’a informé, « par courtoisie », de sa démarche auprès de la CCM.