C’est la consternation à Médine-Camp-de-Masque après le décès du petit Iklaas Mahamoodally, 20 mois, victime d’une chute fatale devant la petite usine de fabrication de cornets de glace appartenant à son père, âgé de 44 ans. Le drame s’est produit lorsque ce dernier l’a laissé un moment seul devant la porte, alors que sa mère était au travail dans un centre de santé, à Dagotière.
En temps normal, le garçonnet est sous la garde d’un proche habitant la même cour en l’absence des parents du petit. Comme le quadragénaire était chez lui jeudi matin, la victime est restée avec lui. Ce dernier jouait quand il est tombé d’un perron d’à peine trois marches. En l’entendant pleurer, le père a accouru à son chevet et a tenté de le calmer, pensant que ses blessures n’étaient pas si graves. Comme la victime n’arrêtait pas de se plaindre, le quadragénaire a alerté son épouse qui a une certaine connaissance en médecine. Sous les conseils de cette dernière, le père d’Iklaas a décidé de l’emmener au dispensaire de la région pour un bilan de santé, avant de se raviser en le conduisant directement à l’hôpital de Flacq, qui dispose des logistiques appropriées pour pratiquer une intervention chirurgicale.
Peu après l’admission du petit, le personnel soignant devait noter qu’il a succombé à ses blessures. Son corps a été emmené à la morgue de l’hôpital Victoria, à Candos, où l’autopsie du Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal, a attribué le décès du garçonnet à une rupture du foie. Entre-temps, la police de Médine-Camp-de-Masque a été alertée et une équipe s’est rendue sur place pour sécuriser le périmètre. Les éléments du SOCO ont inspecté les lieux de la chute alors que les enquêteurs ont écarté la thèse d’un acte criminel. Le père du garçonnet a été questionné par la police qui souhaite avoir un éclaircissement sur les circonstances exactes du drame. Les funérailles du petit Iklaas Mahamoodally ont eu lieu hier.