Malgré son inculpation provisoire avec une « charge sheet » des plus accablantes logée par l’Independent Commission Against Corruption (Icac) devant le tribunal de troisième instance de Port-Louis très tôt hier matin et la caution de Rs 25 000 versée pour retrouver sa liberté conditionnelle en attendant sa prochaine comparution en cour le 23 novembre prochain, Maya Hanoomanjee tente de s’agripper à son fauteuil ministériel. À hier soir, la ministre de la Santé n’a donné aucun signe qu’elle allait se retirer volontairement du gouvernement.  Face à cette résistance de la ministre de démissionner, des syndicalistes, dont Radhakrishna Sadien de la Government Services Employees Association et Rashid Imrith de la Fédération des syndicats du service civil, dénoncent la politique de deux poids, deux mesures dans la fonction publique et mettent en exergue « la situation difficile et malsaine » au ministère de la Santé avec à la tête une ministre inculpée sous la Prevention of Corruption Act et en liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 25 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 100 000.