C’est d’une voix ferme que SAJ donne le coup d’envoi de la conférence de presse qui est retransmise de l’Hôtel Le Labourdonnais par les radios privées. Il donne d’emblée le ton et dénonce le pays « qui va vers le précipice » en raison de « l’incompétence du gouvernement » et « l’absence de leadership ». Il va plus loin en affirmant que c’est « le gouvernement le plus faible économiquement que le pays a connu ». Et de se référer à l’héritage de 82. « Bizin sanzman, bizin envoye zot manzé », a déclaré un SAJ toujours aussi direct dans ses propos.
Son tour d’horizon sur l’annonce d’une commission d’enquête sur la drogue et des enquêtes sur l’allocation des terres, sur Roches-Noires et d’autres scandales l’ancien président se prête de bonne grâce et de bonne humeur aussi au jeu des questions de la presse. Pravind sera bien candidat aux élections : « Il n’y a rien contre lui dans l’affaire MedPoint, c’est de la pure méchanceté. » Et il raconte que son fils avait été voir Navin Ramgoolam pour lui dire d’abandonner ce projet mais que le Premier ministre n’a rien voulu entendre, arguant, « que c’était son projet », à savoir la création d’un hôpital gériatrique.