Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a fait parler le langage de l’intransigeance sur le dossier, qui a été à la base de la cassure de l’Alliance : le scandale MedPoint avec l’arrestation et l’inculpation provisoire de l’ancienne ministre de la Santé Maya Hanoomanjee. Il s’est évertué d’étaler la « différence de culture entre le Parti travailliste et le MSM » en révélant qu’il avait appris la nouvelle de la démission des six ministres du MMM de la bouche du haut commissaire mauricien à Londres, Mahen Cundasamy. Sur le fond du dossier MedPoint, il a affiché l’intransigeance à l’effet que Maya Hanoomanjee se devait de soumettre sa démission du gouvernement avant de répondre à la convocation de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC).
Le film des événements du volet MedPoint vu par Navin Ramgoolam, qui déclare que « apré zafer MedPoint ine éklaté dan la presse dabor, Bérenger ine saute lorla et li ine appelle sa le scandale du siècle ».
« Il y a eu une série d’interpellations adressées à Pravind Jugnauth et à Maya Hanoomanjee sur le dossier MedPoint. J’ai pris la décision de répondre à la PNQ pour expliquer l’historique du projet de Geriatric Hospital et des hôpitaux spécialisés dans le traitement des maladies des enfants et des femmes. J’avais également déclaré qu’il fallait laisser l’ICAC faire son travail et qu’il n’y avait pas lieu de s’ingérer dans l’enquête », ajoute-t-il.
Convocation de Hanoomanjee : Avec la décision de l’ICAC de procéder à l’interrogatoire de l’ancienne ministre de la Santé connue un mardi, jour des travaux parlementaires, le leader du MSM, Pravind Jugnauth, s’était entretenu avec le Premier ministre après le Question Time. « Mo ine dir li si l’ICAC pe appelle Hanoomanjee, li bizin démissionné. Li pa ti dakor ditout. Li dir mwa pou éna boulversam ek si le démisionné li pe asksepté li kupab. Lamem ène diférans de kiltir », dit-il en s’appuyant sur le précédent des démissions des ministres Kishore Deerpalsing, Vishnu Bundhun avec le défunt Economic Crime Office, ou encore le Junior Minister Vinod Boyjonauth.
Vendredi : Nouveaux échanges entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth et Maya Hanoomanjee sur la convocation de l’ICAC après le Conseil des ministres, puisque Pravind Jugnauth partait en mission en Suisse et en vacances en famille le samedi. « Mo ine réeksplik zot lo position ek zot pa dakor. Zot dir bizin énan Formal Charges. Mo pa konné ki l’ICAC pe fer ek nou désidé pour attan guetté ki ICAC pou fer », poursuit-il.
Entre-temps, il déclare avoir appris à travers les colonnes du Mauricien que l’ancienne ministre de la Santé s’est déclarée prête à collaborer avec l’ICAC. « Le jour du rendez-vous avec l’ICAC, j’apprends que son conseil légal a soumis officiellement une demande de Particulars. J’ai trouvé cette démarche drôle », dit-il, en ajoutant que « le même jour, l’ICAC lui a fait comprendre que si elle ne se présentait pas au plus tard à 16h30, elle allait être arrêtée ».
Navin Ramgoolam s’étonne des démarches entreprises par Maya Hanoomanjee ce jour-là : « Hanoomanjee gagn ène let avek l’ICAC li mem pa mett nwa au courant. Li alle guette Soudan. Mo appran sa avek ène dimoune. Je téléphone à Maya Hanoomanjee. Elle me fait comprendre qu’elle a eu un malaise et qu’elle se trouvait au bureau de Soodhun et qu’elle allait se faire admettre en clinique. Je lui ai conseillé de se rendre à l’ICAC. Mais elle a refusé d’obtempérer. »
Avant son départ en mission pour Londres, Navin Ramgoolam se trouve en présence d’une information à l’effet que Pravind Jugnauth allait écourter sa mission. « Samem lépok Paul Bérenger pe dire Hanoomanjee bizin démissionné. Soodhun réponne mwa et dir mwa ki Pravind pa pe retourne avan », fait-il ressortir en révélant qu’à son arrivée à Londres, il apprenait que Pravind Jugnauth regagnait Maurice précipitamment.
La décision de démission en signe de solidarité avec Maya Hanoomanjee est entérinée pour protester contre la façon de faire de l’ICAC. « Zot pas ine inform mwa. Mo ine appran sa démission à traver haut-commissaire à Londres », avoue-t-il avec un petit air agacé.
Puis la conversation téléphonique à la demande de Pravind Jugnauth au sujet de l’opération lev paké, resté : « Pravind ine dir mwa li pe reste loyal avek nou. Pa ine gagn okenn problem ar nou ek sott pou assiz en tant que back-benchers ek PPS ek nominés politiques restent en plas. »
Après avoir fait état de la rencontre à River Walk avec Pravind Jugnauth, le Premier ministre soulignera que « zamé mo pou aksepté intervenir dans ène lanket l’ICAC. Mo pou reste intransigeant lor la. Pa kapav sanz sa prinsip là ».