Dans un arrêt qu’ils ont rendu hier, le Chef juge Bernard Sik Yuen et le juge Asraf Caunhye déclarent que rien n’empêche Me Roshi Bhadain de continuer à paraître pour Sunil Dowarkasing. Cela, même si l’Attorney General Yatin Varma a déjà initié les démarches sous la Law Practioners Act pour qu’une action disciplinaire soit prise à l’encontre de l’avocat.
Comme on le sait, l’ICAC souhait à un certain moment interroger l’ancien conseiller de Pravind Jugnauth dans le cadre de l’enquête que mène la commission dans l’affaire du rachat de l’ancienne clinique MedPoint par le gouvernement. Sunil Dowarkasing a refusé catégoriquement de témoigner, jusqu’au point de présenter une motion en Cour suprême dans le but de pouvoir contester cette décision par voie de Judicial Review.
Le soumissionnaire de la motion a retenu les services de Me Roshi Bhadain. Mais lorsque ce dernier s’est présenté, quand la motion a été appelée devant le Chef juge en septembre dernier, Me Raymond d’Unienville QC, qui ce jour-là paraissait pour l’ICAC, a objecté à ce que son jeune confrère paraisse pour le camp adverse. Dans leur jugement, les juges soulignent que « with view of that disciplinary proceeding there is no compelling expediment » empêchant l’avocat de continuer à paraître dans cette affaire. Ils citent même la section 10 de la Constitution, qui prévoit que tout individu a le droit d’être défendu par un avocat de son choix.
La demande de Judicial Review que recherche l’ancien conseiller de Pravind Jugnauth devra être traitée en priorité le 16 janvier afin de boucler le dossier dans les meilleurs délais pour être éventuellement entendu, ont ajouté les juges.