L’initiative en vue de saisir la Cour suprême d’une motion pour avoir accès au procès-verbal du conseil des ministres du 18 juin 2010 pourrait être élargie. C’est ce qu’a appris Le Mauricien de sources proches de l’entourage du leader du MSM, Pravind Jugnauth, en ce début de semaine. De ce fait, les documents légaux à être déposés au greffe de la Cour suprême sont actuellement mis au point en vue d’inclure le non-respect des procédures dans l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) sur le scandale du siècle MedPoint. Pravind Jugnauth a levé un bout de voile, samedi, en dénonçant le fait que le Judge’s Rule 4 n’a pas été suivi lors de son interrogatoire.
À ce matin, des milieux proches de la direction du MSM confirmaient que Pravind Jugnauth ne comptait pas se rendre en Cour suprême en compagnie de ses conseils légaux sur la motion en vue d’une dérogation aux dispositions de l’Official Secrets Act par rapport aux documents du conseil des ministres. « Nous travaillons sur d’autres aspects de ce dossier. Après analyses approfondies, nous avons constaté des lacunes dans les procédures adoptées par l’ICAC lors de l’interrogatoire de Pravind Jugnauth. Nous comptons approfondir ces éléments en vue de faire la démonstration que les droits fondamentaux et constitutionnels du leader du MSM n’ont pas été respectés, d’où l’impossibilité de fournir une défense en bonne et due forme », a fait comprendre un dirigeant du MSM au sujet de cette opération de ciblage de l’enquête de l’ICAC.
La direction du MSM compte s’entretenir avec la presse en cours de semaine pour expliciter la nouvelle démarche légale de Pravind Jugnauth une fois que la Cour suprême sera mise en présence de ces éléments contestant son interrogatoire au QG de l’ICAC le 22 septembre dernier.
Lors d’un point de presse, samedi, Pravind Jugnauth, qui n’a pas ménagé l’ICAC, est d’ailleurs revenu sur son passage dans les locaux de la Commission où il soutient que « zot ti hijacked mwa ». Montrant à la presse une copie de son Statement à l’ICAC, il a fait état de graves lacunes au niveau des procédures dans l’empressement de l’ICAC de le faire comparaître devant le tribunal de Port-Louis pour son inculpation provisoire de conflit d’intérêt dans le scandale du rachat de MedPoint à Rs 144,7 millions.