Au cours de la 26e semaine d’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans le scandale du siècle MedPoint, les événements ont connu un net coup d’accélérateur. La ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee, supervisant la mise à exécution de ce projet de Rs 14,7 millions, a été inculpée provisoirement, vendredi, et a dû fournir une caution de Rs 25 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 100 000 pour retrouver la liberté provisoire après un séjour forcé de plus de 36 heures d’affilée à la clinique Apollo Branwell de Réduit. Mais depuis vendredi matin, la décision de Maya Hanoomanjee de refuser de soumettre sa démission en tant que ministre a fait monter les enchères politiques.Avec le départ pour Londres, vendredi soir, du Premier ministre et leader de l’Alliance de l’avenir, Navin Ramgoolam, une certaine accalmie pourrait se faire sentir, alors que l’« oeil du cyclone » est prévu pour la fin de la semaine avec le retour à Maurice du vice-Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, et la prochaine réunion du Conseil des ministres. Néanmoins, au sein du Service civil, le maintien en poste d’une ministre inculpée, de surcroît, sous le Prevention of Corruption Act, suscite de vives appréhensions sur le plan de la probité et de la bonne gouvernance.