Avec la cassure de l’Alliance de l’Avenir consommée, le leader du MSM cible un « very senior minister » du Parti travailliste dans le scandale du siècle du rachat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions. Pravind Jugnauth s’interroge aussi sur l’impasse pratiquée par l’Independent Commission Against Corruption quant à la responsabilité de l’ancien ministre de la Santé Rajesh Jeetah dans l’étape initiale du projet de National Geriatric Hospital. Si au Mauricien, l’ancien VPM et ministre des Finances confirme une rencontre en tête à tête avec le leader de l’opposition Paul Bérenger cette semaine sur le dossier de réforme électorale, il s’est montré extrêmement acerbe et critique à l’encontre du Premier ministre Navin Ramgoolam pour sa « lenteur chronique » dans le processus de prise de décisions. Le leader du parti Soleil a affirmé qu’avec les développements politiques durant le week-end, le MSM a été exclu de l’Alliance de l’Avenir. Il a présenté les 14 mois passés au gouvernement comme « extrêmement suffocants » pour son parti.
Le scandale du rachat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions reste en filigrane de l’actualité politique avec le MSM se préparant pour la riposte. Le leader du parti Soleil a ainsi délimité son champ d’action au point de presse de la mi-journée d’hier. « D’après mo linformasyon, ene lot very senior minister Ptr ki konserné ! Mo tend dir l’ICAC pa guet figir. Mo pou gueter si zot pou azir en toute indépendance », a-t-il déclaré. Néanmoins, Pravind Jugnauth s’est gardé de donner plus de détails sur l’identité de ce « very senior minister », qui pourrait aider à élucider les zones d’ombre du dossier MedPoint. « Mo laisse l’ICAC fer so travay », a-t-il répété en réponse aux questions de la presse sur la possibilité qu’il divulgue ses informations aux enquêteurs.
Quelques minutes auparavant, le leader du MSM s’est élevé contre le fait que le Premier ministre soit au courant de la teneur de la déposition du leader du MMM sur la source ministérielle sur le deuxième exercice d’évaluation de la clinique MedPoint. « Navin Ramgoolam dir nou ki l’ICAC indepandan ek ki li pa ingere li la dan. L’ICAC ena enn devwar de confidentialité. Tou saki leader de l’opposition inn dir dan so statement li konfidansyel. Ki manyer Premie minis kapav koné ki Paul Bérenger inn dir dan so deposition. Tir zot prop conclision lor lindepandans l’ICAC », a déclaré Pravind Jugnauth au chapitre du nom de Showkutally Soodhun mentionné comme étant la source de la fuite d’information au leader de l’opposition.
Toutefois à l’heure des questions, l’ancien VPM et ministre des Fianances n’a pas voulu s’aventurer pour confirmer ou infirmer le fait que l’ancien ministre de l’Industrie et président du MSM aurait pu être l’auteur de cette fuite sur des directives alléguées de Navin Ramgoolam pour une deuxième évaluation de MedPoint. « Mo pa komant lor bann spekilasyon dan la presse », a-t-il dit devant l’insistance des journalistes pour savoir s’il avait eu une conversation en privé avec Showkutally Soodhun à ce sujet.
Justifiant l’absence de toute réaction du MSM avec la seconde déposition de Paul Bérenger à l’ICAC, les dirigeants du parti Soleil avancent qu’ils ne sont nullement en présence de la teneur des informations communiquées. Ils laissent le soin à la commission anticorruption de poursuivre son travail en convoquant ceux qui doivent l’être.