La décision de la ministre de la Santé Maya Hanoomanjee, inculpée provisoirement sous la Prevention of Corruption Act (POCA), vendredi dernier, de ne pas soumettre sa démission du gouvernement, continue à monopoliser la Une de l’actualité, forçant même le VPM et ministre des Finances Pravind Jugnauth, à écourter sa mission en Europe. Le leader du MSM, qui est rentré précipitamment ce matin, est engagé depuis dans une série de consultations avec les principaux lieutenants de son parti en vue de faire un tour d’horizon de la situation au sein de l’Alliance de l’Avenir, après l’arrestation par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et la remise en liberté provisoire de Maya Hanoomanjee dans le cadre de l’enquête sur le scandale du siècle avec le rachat au coût de Rs 144,7 millions de la clinique MedPoint.
Toujours en ce qui concerne le scandale MedPoint, le leader de l’opposition Paul Bérenger pourrait être confronté une nouvelle fois très bientôt aux limiers de l’ICAC en vue de révéler l’identité de ses deux sources, dont une ministérielle. Par ailleurs, le refus de Maya Hanoomanjee de se retirer en tant que ministre devrait profiter aux trois aux fonctionnaires de la Santé inculpés, à savoir le secrétaire permanent par intérim Om Kumar Dabidin et les Principal Assistant Secretaries (PAS) Ajay Kumar Utchanah et Jayraj Hauroo.
À ce matin, il était difficile d’avancer si Maya Hanoomanjee se rendra, mercredi, à sa nouvelle audition « Under Warning » à l’ICAC en tant que ministre de la Santé ou non. D’aucuns affirment que le retour au pays ce matin de Pravind Jugnauth constitue une indication que tout le litige sur l’appartenance au gouvernement de la ministre MSM en liberté provisoire en liberté provisoire devra être tranché bien avant les délibérations de la prochaine réunion du conseil des ministres, vendredi prochain.
« Nous voyons mal un déroulement d’un Cabinet Meeting où l’un des membres serait en liberté provisoire avec une caution de Rs 25 000 et pour inculpation un délit sous la Prevention of Corruption Act. It will be a blemish on the Constitutional Record for the government. Les parties concernées ont intérêt à trouver des solutions pour éviter cette impasse car il y va de l’intégrité d’une des plus importantes institutions prévues dans la Constitution. Au cas contraire, ce sera du jamais vu constitutionnel », soutiennent des observateurs avertis de l’échiquier politique local. La réunion du conseil des ministres de vendredi sera présidée par le Premier ministre par intérim, le Dr Rashid Beebeejaun, avec le départ en mission pour Londres vendredi de Navin Ramgoolam.