La condamnation du leader du MSM et ancien N° 5 du gouvernement de l’Alliance Lepep, Pravind Jugnauth, à 12 mois de prison dans le « scandale du siècle » de MedPoint continue à faire des vagues. En attendant des commentaires du leader de l’opposition, Paul Bérenger, annoncés pour aujourd’hui lors d’un point de presse, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, n’est pas passé par quatre chemins pour dénoncer ce jugement des magistrats Niroshni Ramsoondar et Azam Neerooa de la Cour intermédiaire. C’était en marge de la réception offerte par l’ambassade américaine hier soir pour marquer l’Independence Day, célébré aujourd’hui aux États-Unis.
« Ki fer zot anvi mo fer enn deklarasion ? Ki fer sa Case-la spesial ? » a lancé sir Anerood Jugnauth quand il a été approché par des journalistes présents pour un commentaire sur le dénouement de l’affaire MedPoint en Cour. « Parski Pravind li enn minis. Mo pa dakor ditou avek sa zizman-la. Sa zizman-la li enn move zizman. Mo pa dakor. Depi koumansma mo’nn dir pena Case kont Pravind. Mo mintenir li. Mo espere li gagn so Case an apel », a poursuivi le Premier ministre lors de cette première réaction depuis le verdict de culpabilité prononcé contre le leader du MSM et son fils.
La prochaine étape dans les procédures est prévue pour le 16 juillet quand les magistrats de la Cour intermédiaire prendront connaissance d’un rapport du Probation Office en vue de décider de la possibilité d’un Community Service Order. Les hommes de loi de Pravind Jugnauth étudient actuellement toutes les options et même celle ayant trait au refus du service communautaire si cette voie s’avère être un obstacle dans la voie d’un appel contre le jugement.
Entre-temps, sur avis du Premier ministre, la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a ratifié la réallocation du portefeuille de la Technologie, des Communications et de l’Innovation à Roshi Bhadain. De ce fait, sir Anerood Jugnauth garde ses manches pour la possibilité d’un remaniement ministériel au moment opportun…