Depuis 9 h ce matin est effective la démission de Pravind Jugnauth en tant que ministre de la Technologie, des Communications et de l’Innovation et N° 5 du gouvernement de l’Alliance Lepep dans le sillage du verdict de culpabilité rendu par la Cour intermédiaire dans le “scandale du siècle” de MedPoint « zot mem vande, zot mem aste ». Un communiqué de la State House confirme que la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a accepté la lettre de démission du leader du MSM du gouvernement. En attendant un mini-remaniement, vu l’importance du portefeuille ministériel qui avait été confié à Pravind Jugnauth, le Premier ministre sir Anerood Jugnauth pourrait assigner ce ministère de manière intérimaire à un autre membre du gouvernement. L’un des noms les plus cités pour succéder à Pravind Jugnauth au sein du gouvernement — avec probablement d’autres responsabilités — est celui du Chief Whip Mahen Jhugroo, un des plus fidèles lieutenants de la famille Jugnauth.
Aucune confirmation de ce scénario n’était disponible ce matin, si ce n’est que Mahen Jhugroo a déjà été désigné pour faire partie d’une délégation de parlementaires menée par la Madam Speaker Maya Hanoomanjee, comprenant également le Whip de l’opposition Rajesh Bhagwan. Le départ de la délégation est prévu pour le week-end prochain à destination de Berne, en Suisse, pour une réunion des parlementaires de la Francophonie. L’après-midi d’hier, après l’énoncé du jugement très attendu des magistrats de la Cour intermédiaire, Niroshini Ramsoondar et Azam Neerooa, a été marqué par une série de consultations sur la marche à suivre, culminant avec un point de presse de Pravind Jugnauth en cours de soirée pour confirmer son départ du gouvernement en attendant le dénouement des procédures en appel devant la Cour suprême. L’ancien ministre a eu des consultations avec le Premier ministre et ses plus proches collaborateurs après avoir pris connaissance de la teneur du jugement.
Entre-temps, les membres du Bureau politique (BP) du MSM furent convoqués au Sun Trust pour une réunion d’urgence. La principale motion formulée par Mahen Jhugroo était que Pravind Jugnauth reste à la tête du parti, motion qui a été votée à l’unanimité avec « une solidarité inconditionnelle envers le leader ». Les membres de cette instance dirigeante du MSM ont fait ressortir que « Pravind Jugnauth est un leader exemplaire, sincère et loyal ». De son côté, le président du MSM et vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun, a déclaré que « nou bizin li ». Nando Bodha s’est pour sa part appesanti sur le fait qu’« au MSM, nou konn lintegrite de Pravind Jugnauth e nou kone ki li enn zom de prinsip ». Et d’ajouter : « Ti enn desizyon kolektiv du Conseil des ministres ».
Entouré des membres de son BP — dont Leela Devi Dookun, Showkutally Soodhun et Nando Bodha — et en présence de son épouse, Pravind Jugnauth a commenté les développements suite à ce jugement et les répercussions sur le plan politique. « J’ai eu l’occasion de lire le jugement de la Cour intermédiaire avec plus de détails. Je suis encore plus déçu de ce jugement. Lorsque j’ai quitté la Cour, j’avais fait une déclaration pour dire que j’avais déjà en tête ce que je ferai. J’ai un grand respect pour les institutions, surtout le judiciaire. J’ai surtout des principes qui m’ont toujours guidé. Pour une question de principe, je démissionne comme ministre des Technologies, de l’Information et de l’Innovation. Je soumettrai ma lettre de démission demain (aujourd’hui) à la présidente de la République ».
Pravind Jugnauth a indiqué avoir eu une conversation avec le Premier ministre pour lui faire part de son intention. « Nous sommes dans une démocratie et j’ai le plus grand respect pour le judiciaire. Je ferai appel contre ce jugement et je fais confiance au judiciaire », a-t-il soutenu. « Je remercie tous mes amis du BP qui se sont réunis sans moi. Je leur dis merci pour leur solidarité et leur soutien. Je remercie tous les amis et sympathisants du MSM qui m’ont téléphoné. Je me suis longuement entretenu avec Xavier-Luc Duval. Je le remercie ainsi que les membres du PMSD pour leur solidarité. J’ai aussi parlé à Ivan Collendavelloo. Je le remercie ainsi que les membres du ML. Je suis là en tant que leader du MSM et je jouerai pleinement mon rôle de parlementaire. Je me concentrerai sur mon « case » et attendrais l’opinion de la Cour suprême ».
Les propos du leader du MSM ont été chaudement applaudis par l’état-major de son parti, qui a réitéré à haute voix sa confiance en son leader et croyant dans son innocence. « Long live Pravind », disent-ils tous, en lui serrant la main. Malgré les sourires, la déception pouvait toutefois se lire sur tous les visages, principalement sur celui de Kobita Jugnauth, visiblement affectée par la décision de la Cour en attendant la sentence. D’ailleurs, elle confiera à la presse que « ce n’est pas la démission de Pravind en tant que ministre qui nous affecte, mais le verdict de la Cour ». Elle poursuit : « Pravind ne mérite pas cela. Il est innocent. C’est une épreuve pour la famille ». Mais Pravind Jugnath affirme, lui, être « dans un fighting spirit ».