Avec la fin des auditions under warning des fonctionnaires des ministères des Finances et de la Santé et du Government Valuation Office, l’enquête de l’ICAC sur l’affaire MedPoint amorce le volet politique sous haute tension. C’est le cas de le dire après l’ouverture des hostilités entre le Premier ministre Navin Ramgoolam et le leader de l’opposition Paul Bérenger sur des circonstances ayant débouché sur les instructions au Chief Government Valuer Yodhun Bissessur, pour un deuxième exercice d’évaluation de la clinique MedPoint fin 2010. Entre-temps, le Dr Krishan Malhotra, l’ancien patron de la clinique MedPoint et beau-frère du vice-Premier ministre et ministre des Finances Pravind Jugnauth, est intervenu en tant qu’arbitre pour soutenir qu’il n’a à aucun moment rencontré le PM pour s’entretenir de l’acquisition de la clinique MedPoint par le ministère de la Santé. L’autre homme clé dans ce clash au plus haut niveau politique sur fond de l’affaire MedPoint, Yodhun Bissessur, était attendu au QG de l’ICAC aujourd’hui pour boucler l’« unfinished business ».
En ce début de semaine, Le Mauricien a appris de sources généralement bien informées que les responsables de l’Investigation Division de l’ICAC ont déjà pris contact avec le conseil légal du leader de l’opposition pour fixer un rendez-vous pour une audition au sujet des informations sur l’affaire MedPoint, qui sont en possession de celui-ci. Au cours des deux derniers points de presse, Paul Bérenger avait ciblé le chef du gouvernement et l’ancien patron de Medpoint et le Chief Government Valuer pour leur demander d’aller dire « la vérité et rien que la vérité » à l’ICAC (voir des extraits de la conférence de presse du leader de l’opposition plus loin.)
À ce stade, aucune des sources n’a voulu confirmer si une date pour le déplacement de Paul Bérenger au QG de l’ICAC a déjà été arrêtée lors de ces échanges préliminaires. À l’ICAC, l’on se garde de commenter les procédures, qui seront adoptées pour l’audition du leader de l’opposition dans le contexte particulier de l’enquête sur le scandale MedPoint avec des dépenses de Rs 144,7 millions en décembre 2010. Avec les travaux de l’Assemblée nationale de demain, il ne faudra pas s’attendre à voir ce rendez-vous se matérialiser dans les prochaines 24 heures.
Entre-temps, deux des trois personnalités citées nommément par le leader de l’opposition, en l’occurrence Navin Ramgoolam (voir déclaration plus loin) et Krishan Malhotra, ont réagi à ses propos. Par le truchement de son homme de loi, Me Sunil Bheeroo, l’ancien propriétaire de la clinique Medpoint a nié toute rencontre avec le chef du gouvernement sur l’affaire MedPoint et a rejeté en bloc les allégations de M. Bérenger.
« Dr Krishan Malhotra denies vehemently these allegations and avers that he has never had any meeting with the Honourable Prime Minister in his office and/or elsewhere during the Bid Process. Indeed, he has not met the Honourable Prime Minister for almost a decade », indique le communiqué transmis à la rédaction du Mauricien tôt ce matin et avec une Covering Letter de Me Bheeroo.
L’ancien patron de la Clinique MedPoint ajoute que depuis l’éclatement de l’affaire MedPoint, des membres de sa famille et lui font l’objet d’allégations. « To this date, Mr Bérenger and his MMM associates have not been able to provide any evidence to substantiate their false and malicious allegations », avance la direction de la clinique MedPoint avec des menaces de poursuites en Cour pour des dommages et intérêts.
Pour sa part Yodhun Bissessur, qui se trouve à l’ICAC depuis la mi-journée, a eu ce matin une longue séance de travail avec son conseil légal Me Ajay Daby. Le suspense demeure quant à la prise de position du Chief Government Valuer au sujet du deuxième exercice d’évaluation de la clinique MedPoint, de cet appel téléphonique mystérieux du 18 octobre de l’année dernière ou encore de l’identité de l’auteur de cet appel.
« Let’s wait and see. Je ne peux rien vous dire en la circonstance sauf que ce n’est pas facile », a laissé échapper Me Daby au Mauricien, qui l’interrogeait sur les séquences à venir du scandale MedPoint. Ce rendez-vous est devenu nécessaire car la semaine dernière, l’audition prévue à l’ICAC a dû être annulée en raison de l’indisponibilité de Me Daby.
Par ailleurs, les événements semblent se bousculer pour le directeur général de l’ICAC Anil Kumar Ujoodha, qui est rentré d’une conférence internationale sur la lutte contre la corruption à Shanghai en République populaire de Chine. Des décisions par rapport à l’enquête MedPoint l’attendent concernant une éventuelle convocation de la ministre de la Santé Maya Hanoomanjee sur le bras de fer engagé par le Senior Adviser auprès du vice-Premier ministre et ministre des Finances, Sunil Dowarkasing, quant à sa convocation et aux nouvelles inculpations provisoires à être logées contre des fonctionnaires à la lumière de l’enquête ou encore le « hot appointment » du témoin Paul Bérenger.
———————————————————————————————————————————————-