Avec le retour au pays, ce week-end, de Me Sunil Bheeroo, avocat de la clinique MedPoint, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) déterminera la marche à suivre quant à l’interrogatoire d’un des plus importants protagonistes dans le scandale du siècle, avec le,rachat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions et un Humanitarian Waiver de la Banque de Développement pour le paiement d’intérêts de Rs 2,4 millions. Même si certaines zones d’ombre, comme la responsabilité du ministère des Finances ou encore l’audition de l’ancien ministre de la Santé, Rajesh Jeetah, demeurent toujours, l’impression qui se dégage du côté de l’ICAC est que la convocation du Dr Krishan Malhotra, le beau-frère de l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, devrait constituer l’une des dernières étapes majeures de cette enquête, qui court sur sa 33e semaine.
Me Bheeroo, qui avait déjà accompagné un autre responsable de la clinique MedPoint à l’ICAC, est le porteur d’un important message du Dr Malhotra à l’ICAC quant à ses véritables intentions sur sa collaboration à l’enquête sur laMedPoint Tainted Transaction. Tout en rejetant des accusations de magouilles ou de pressions dans cette affaire, le patron de la clinique MedPoint a systématiquement fait comprendre qu’il reste à la disposition des enquêteurs pour tout éclaircissement. Mais le problème est qu’il se trouve en Grande-Bretagne depuis le début de l’année.
Sans vouloir prendre le risque de rééditer la performance de conclure une enquête sous le Prevention of Corruption Actsans l’interrogatoire de l’Ultimate Beneficiairy, comme ce fut le cas dans le méga-scandale politico-financier MCB/NPF, l’ICAC tente de mettre toutes les chances de son côté pour consigner la version du Dr Malhotra. Peu importe la formule qui pourrait être adoptée.
A ce stade de l’enquête, le Dr Malhotra intéresse l’ICAC sur deux points principaux, en amont l’Unsollicited Bid soumis pour le rachat de la clinique MedPoint par le ministère de la Santé et en aval les allégations de l’ancien ministre de l’Industrie et président du MSM, Shawkutally Soodun, sur une rencontre avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam, pour un deuxième exercice d’évaluation de la clinique MedPoint.
Les explications du Dr Malhotra au sujet de sa décision de soumettre un Unsollicited Bid au nom de la clinique MedPoint au début de 2010 pourraient ouvrir de nouvelles pistes pour mieux comprendre le fil des événements découlant de l’appel d’offres. Des sources fiables citent un e-mail avec pour adresse kmalhotra@tiscali.uk au secrétaire permanent au ministère de la Santé, Om Kumar Dabidin comme étant le fil d’Ariane dans ce labyrinthe.
La teneur de cette correspondance porte sur l’intérêt du Dr Malhotra pour procéder à la vente de la clinique MedPoint au prix de Rs 143 870 923.42 au ministère de la Santé. En conséquence, le Dr Malhotra aura vu juste car le prix de Rs 144,7 millions, adjugé après la deuxième évaluation, n’était pas si loin du prix réclamé en janvier 2010. Les contacts des responsables de la clinique MedPoint au ministère de la Santé représentent également un intérêt particulier pour l’ICAC.
L’autre aspect de l’audition du Malhotra devrait  être plus direct et concerne ce qui pourrait se révéler un Side Issue sur la question  non-élucidée des directives pour cette deuxième évaluation de la clinique MedPoint. Les limiers de l’Investigation Division de l’ICAC s’attendent à entendre le beau-frère de Pravind Jugnuath confirmer qu’il n’a pas rencontré le Premier ministre dans le cadre du dossier MedPoint. Une telle déposition aura pour conséquence probable de clore ce chapitre sur les allégations de Soodhun contre Navin Ramgoolam.
Entre-temps, la Written Statement de l’ancienne ministre de la Santé est passée au crible, avec chaque détail vérifié et contre-vérifié auprès des intéressés. A ce stade, pas moins de deux responsables du ministère de la Santé, en l’occurrence le Dr Neerunjun Gopee, et le Dr Keyvoobalan Pauvaday, tenus à l’écart des discussions et des procédures pour le projet de National Geriatric Hospital, ont été entendus de nouveau au cours de ces quinze derniers jours.
Les dépositions, consignées au tout début de l’enquête, de ces deux médecins affectés au HQ du ministère et leurs dernières confirmations sont considérées comme étant Damning contre l’ancienne ministre de la santé, dont l’acte d’accusation se lit comme suit: « between the month of June 2010 and December 2010, the said Santi Bai Hanoomanjee, whilst being the Minister of Health and Quality of Life, embarked on a course of conduct whereby she, the said Santi Bai Hanoomanjee ensured that all measures were taken and directives were given for MedPoint Ltd to be favoured over other bidders and that the Bid Evaluation Committee would recommend MedPoint Ltd to the Central Procurement Board as the successful bidder for the acquisition of land and building for the setting up of the National Geriatric Hospital. »