« Ce n’est pas le moment de fêter », a déclaré Patrick Assirvaden, samedi à la conférence de presse du Ptr, au sujet de la décision du parti de ne pas organiser de meeting le 1er-Mai. Pour le président des rouges, « l’heure est au recueillement et à la retenue ». « Nou pou akote bann fami kinn finn perdi zot pross dan inondasyon 30 mars », a-t-il soutenu.
Pour Patrick Assirvaden, le Premier ministre Navin Ramgoolam a pris une décision courageuse quant au fait de ne pas tenir de meeting le 1er mai en hommage aux victimes des inondations du 30 mars. Le président du Ptr a dénoncé les adversaires des rouges qui, selon lui, font croire que le parti est en chute libre et utilise comme prétexte ces inondations en vue d’éviter un affront.
Le Ptr connaît sa force ainsi que les Mauriciens et la presse, a d’ailleurs déclaré le président des rouges. « Nou pa enn parti a 3 %. Nous n’avons rien à prouver ! » a lancé Patrick Assirvaden tout en dénonçant « la sale campagne du Remake 2000 ».
Intervenant également à cette conférence de presse samedi, Abdullah Hossen s’est appesanti sur la situation des marchands ambulants de la capitale. Le directeur de communication au Ptr a qualifié d’« aberrant » la manière dont est géré ce dossier à la municipalité de Port-Louis, rappelant que le gouvernement a déjà choisi deux sites pour le relogement des colporteurs.
Lors du conseil municipal de vendredi dernier, a poursuivi le directeur de communication des rouges, c’est le MSM-MMM qui avait pris la décision de procéder à un tirage au sort pour l’allocation des étals aux marchands ambulants. « Kouma ti finn prevwar, sa ti enn veritab pagay ! Pann finn kapav pran desizyon », a lancé Abdullah Hossen. Pour lui, cela démontre l’incapacité de cette alliance à gérer la municipalité de Port-Louis. Il a ainsi insisté pour qu’il y ait des consultations avec les colporteurs et que chaque allocation d’étal se fasse dans la transparence.
De son côté, Kalyanee Juggoo a fait état de la lutte du Ptr pour les travailleurs et de son engagement pour l’égalité des genres. La secrétaire générale du Ptr s’est dit outrée par les « propos de dénigrement » de l’opposition à l’égard des femmes. L’opposition, a-t-elle ajouté, ne cesse de critiquer la femme en menant une « campagne dénigrante et sexiste ». Évoquant l’affaire White Dot et Sunkai, elle a soutenu que le gouvernement n’a, à aucun moment, investi de l’argent dans ces business.