La tentative de prise d’otage par le détenu Selmour à la prison de haute sécurité de Melrose, dans la matinée d’hier, a été déjouée grâce à l’intervention « prompte et efficace » des membres de la Quick Response Team de la prison, les officiers de la CERT (Correctional Emergency Response Team). Joint en début d’après-midi hier, le Commissaire des Prisons (CP), Jean Bruneau, explique qu’« il s’agit d’un cas isolé. Le détenu Selmour est connu pour être perturbé par une foule de pressions personnelles, et surtout, il a de fréquents accès de violence ». Selmour purge actuellement une peine d’emprisonnement de 20 ans ferme pour vols avec violence.
C’est aux alentours de 10 h 30 hier matin que l’incident a eu lieu. Le centre de traitement de la prison de haute sécurité de Melrose accueillait, comme à l’accoutumée, les détenus devant s’y rendre. Le détenu Selmour, « un homme jeune, doté d’une forte corpulence, qui est connu pour ses accès de violence et qui est très perturbé par les ennuis de santé de sa femme », indique au Mauricien le CP Jean Bruneau, s’y présente, accompagné d’un officier de la Prison Security Squad (PSS). « Parce que ce détenu est justement notoire pour ses accès de violences fréquents », confirme un groupe d’officiers de la prison au Mauricien. Se trouvaient dans le centre de traitement de l’unité médicale de la Eastern High Security Prison (ESHP) à ce moment-là, un médecin ainsi que deux infirmiers et plusieurs autres détenus. « Selmour avait en sa possession un morceau de son assiette, donc, du métal, explique encore le CP Bruneau. Il s’en est servi pour faire agresser le PSS… » Prenant ensuite une perche à laquelle était accrochée une perfusion, Selmour « l’a brisée et l’a brandie pour menacer tous ceux qui étaient présents… » Il en a résulté un moment de panique et une situation chaotique.
L’alerte maximale a été immédiatement déclenchée. Le CP Bruneau, qui se trouvait à ce moment-là à Port-Louis, a réclamé qu’un fort détachement des CERT soit dépêché à Melrose. « Ces officiers ont eu pour consigne de négocier, font ressortir les officiers. Ce que nous n’approuvons pas totalement. Car cette équipe est, comme le GIPM, formée et équipée pour de telles situations. Pourquoi ne pas avoir agi selon les procédures ? » (voir plus loin)
Avec l’arrivée des éléments du CERT, « la négociation a été entamée et le détenu Selmour a fini par se rendre », indiquent encore ces officiers de la prison. En effet, à la mi-journée, la tentative de prise d’otage avait été déjouée.
Quelques dégâts matériels sont à déplorer car dans son accès de furie, le détenu Selmour s’en est pris au mobilier, entre autres. Mais heureusement, « pas de blessés à déplorer, ni de violences ». Ce qui amène ces officiers à s’interroger sur le fait que ce détenu se trouvait dans ce bloc et non « dans une unité d’isolement, vu son caractère violent. Est-ce que cela n’aurait pas été plus sage de l’y enfermer, loin des autres ? »
Le CP Jean Bruneau explique pour sa part que « le détenu Selmour est connu de nos services pour ses accès de violence. Quand il s’est rendu aux éléments du CERT, il a expliqué qu’il subissait d’énormes pressions personnelles. Il se trouve que sa femme a une santé très fragile et que cela l’affecte beaucoup… » Le CP Bruneau explique qu’après s’être entretenus avec le DCP Jaganathen Rengadoo, responsable de la prison de Melrose, hier, « nous avons compris que Selmour a rencontré de sérieux problèmes émotionnels ces derniers temps. Ce qui n’excuse nullement son acte, il faut le souligner ». Mais, continue le CP, « je demeure convaincu que nous avons bien fait de ne pas utiliser la force dans cette tentative de prise d’otage, car cela aurait pu résulter en des blessés graves. Qui plus est, à mon avis, si nous avions pris cette option, je suis quasiment sûr que Selmour ne raterait pas une chance de recommencer… » Au lieu, donc, de faire usage de la force pour venir à bout du preneur d’otage, « nous avons préféré le dialogue. Nous pensons que cela a aidé le détenu à se sentir écouté ».
Le CP Jean Bruneau rendra visite aujourd’hui au détenu Selmour. « Je m’entretiendrais avec lui et nous allons évidemment évoquer tout l’incident. C’est le début d’une longue procédure… » En effet, dans de tels cas, à compter d’aujourd’hui, tous ceux qui étaient présents sur les lieux où s’est jouée la prise d’otage seront entendus et leurs dépositions consignées. « Le détenu sera placé en Isolation ward, expliquent encore ces officiers. Et une enquête policière sera ouverte. Il sera passible d’un délit et devra être condamné à cet effet ».