Le meurtre de Stellio Benjamin Coralie, âgé de 59 ans et habitant le complexe de la National Housing Development Company de Melrose (Montagne-Blanche), a été élucidé par des limiers de la CID de Quartier-Militaire sous la supervision du surintendant Ramgoolam. Cinq suspects, dont un adolescent de 16 ans, tous des habitants de Melrose, ont été appréhendés et placés en détention policière. Ils devaient comparaître devant le tribunal de Flacq pour le délit de meurtre et être reconduits en cellule policière. Ce drame s’est déroulé sur un fond de règlement de comptes entre le groupe d’agresseurs et la victime, vu que les meurtriers présumés ne voyaient pas d’un bon oeil les relations entre Stellio Coralie et une collégienne de 13 ans habitant le même complexe résidentiel de la NHDC. À ce stade de l’enquête, on écarte la thèse du cambriolage de l’appartement de ce Mauricien revenu s’établir au pays après une longue carrière en Grande-Bretagne.
Les recoupements d’information du Mauricien auprès des sources policières autorisées indiquent que deux des suspects interpellés, Jérôme Létourdi (27 ans), Pest Controller et habitant Melrose, et Stéphan Létourdi (21 ans), aide-magasinier, sont passés aux aveux quant à leur responsabilité dans le meurtre de Stellio Coralie et ont également impliqué trois autres complices.
Toutefois, la piste principale empruntée par les hommes du surintendant Ramgoolam pour arriver aux meurtriers présumés et au mobile du crime a été le téléphone cellulaire de la victime, plus particulièrement les SMS à caractère chaud échangés avec une collégienne de 13 ans. Le crime remonte à la nuit du samedi 24 mars.
Armés d’un Judge’s Order, les spécialistes de la police ont procédé à un examen forensic complet, avec le téléphone cellulaire de Stellio Coralie révélant tous les secrets de cette liaison qu’entretenait la victime avec cette jeune fille habitant la NHDC de Melrose. En ce début de semaine, l’adolescente, qui est inscrite dans un collège confessionnel de l’île, a été convoquée pour interrogatoire dans les locaux de la CID de Quartier-Militaire. Vu qu’elle est encore mineure, elle était accompagnée de sa mère.
La séance d’interrogatoire était placée sous la responsabilité de l’inspecteur Lollmun. Très vite, au fil des questions quant à son emploi du temps durant le week-end précédant la découverte du cadavre nu de Stellio Coralie dans l’appartement Block E01 de la MHDC de Melrose, l’écheveau était démêlé. Dans sa déposition à la police, l’adolescente a fait de graves révélations quant aux circonstances de ce meurtre.
La collégienne confirmera que dans la soirée du 24 mars elle s’était rendue à l’appartement de Stellio Coralie comme elle avait pris l’habitude depuis le début de cette année. Elle ajoutera qu’elle avait établi des relations avec le quinquagénaire depuis les mois de janvier et de février. La victime vivant seule, elle lui rendait visite régulièrement pour l’entretenir et aussi parce qu’il venait d’habiter la région.
Dans un premier temps, Stellio Coralie avait donné des gâteaux à la jeune fille. Ensuite, c’était des séances de films pornographiques projetés sur l’ordinateur portable de la victime avant de passer à l’acte. En retour, la collégienne devait recevoir de l’argent pour garder le silence sur leurs relations extraconjugales.
Toutefois, les contacts intimes de l’adolescente n’étaient pas vus d’un bon oeil de la part d’un des deux Létourdi, qui était très intéressé par la jeune fille du voisinage. Les premiers éléments de la confession faite par le tandem à l’arrestation d’hier accréditent la thèse qu’ils avaient voulu donner une correction au « bolom » afin qu’il décide de prendre ses distances avec l’adolescente.
Le groupe avait décidé de passer à l’action dans la soirée du samedi 24 mars. Il était très tard, soit vers 22 h 30, l’adolescente, qui se trouvait dans l’appartement de Stellio Coralie, était en pleins ébats avec son compagnon. Elle devait se retrouver presque nez-à-nez avec les cinq suspects identifiés, à savoir Jérôme Létourdi, Stephan Letourdi, Shyam Koonjun (âgé de 24 ans et laboureur), Vinesh Bandhoo (27 ans) et un adolescent de 16 ans, habitant Boolell Road à Melrose.
Le couple se trouvait au rez-de-chaussée de l’appartement alors que les assaillants avaient pénétré à l’intérieur en passant par une des fenêtres au premier étage. Celle, qui est en passe de devenir la Star Witness du meurtre de Stellio Coralie, qui était complètement nu au moment de l’agression, devait fournir aux enquêteurs de la CID de Quartier-Militaire une description graphique des scènes de violence.
Les insultes les plus vulgaires à l’encontre de Stellio Coralie étaient accompagnées de coups d’une rare violence pleuvant sur tout le corps du quinquagénaire. Les agresseurs ne semblaient vouloir ne rien comprendre. « A enn sertin moman, mo inn trouv disan sorti dan la bouche Missié Stellio. Li ti pe vomi disan ar baté », a ajouté en substance la jeune fille, qui avait pris peur devant la scène, qui se déroulait sous ses yeux.
Puis les agresseurs ont décidé de bâillonner leur victime avant de le tirer sur l’escalier pour l’emmener au premier étage. Stellio Coralie a été ensuite ramené au salon où il était de nouveau brutalisé et projeté contre le mur. Les cris et les appels au secours étaient couverts par le son élevé du téléviseur. La collégienne devait profiter de ce désordre pour se rhabiller et prendre la fuite. Au moment de partir, elle a constaté que les bandits avaient commencé à ligoter les mains de Stellio Coralie. Depuis cette nuit du 24 mars jusqu’à hier matin, cette adolescente avait gardé en elle-même les secrets de la mort violente de ce quinquagénaire.
Avec le témoignage de cette collégienne et les aveux de deux suspects, la CID de Quartier-Militaire affirme être en présence de preuves nécessaires pour un prima facie case de meurtre contre les cinq suspects. Les trois autres ont fait comprendre qu’ils préféraient retenir les services de conseils légaux avant de répondre aux questions des hommes du surintendant Ramgoolam.