Sir Bhinod Bacha, qui a été un proche collaborateur de sir Seewoosagur Ramgoolam pendant quelque treize ans, était l’invité hier du Mahatma Gandhi Institute et du Rabindranath Tagore Institute à l’occasion du SSR Memorial Lecture 2013. Il a insisté sur le fait que les Mauriciens se souviendront toujours de sir Seewoosagur Ramgoolam comme celui qui a libéré Maurice du joug colonial.
C’est en la présence de plusieurs personnalités, dont le Premier ministre adjoint, Rashid Beebeejaun, plusieurs ministres, la fille de SSR, Sunita Joypaul, et des étudiants de MGI, que sir Bhinod Bacha s’est adressé à l’assistance hier. Rashid Beebeejaun a, par la même occasion, procédé au lancement d’une publication sur le SSR lecture 2011, donnée par le professeur Jagdish Manrakhan.
C’est en toute connaissance de cause que sir Bhinod Bacha a évoqué devant une salle comble la mémoire de sir Seewoosagur Ramgoolam pour l’avoir côtoyé pendant de nombreuses années au bureau du Premier ministre où il a gravi les échelons jusqu’à devenir le secrétaire au cabinet et a accompagné SSR à l’étranger à plusieurs reprises.
Pour sir Bhinod Bacha au-delà des réalités constitutionnelles, la naissance d’un pays à laquelle on a joué un rôle de premier plan est un événement glorieux et unique dans la vie d’une personne. « Lorsque le drapeau de l’État souverain et démocratique de Maurice a été hissé au Champ de Mars le 12 mars 1968, ce fut le signal que la population et les institutions de notre pays nouvellement indépendant devraient désormais montrer que la confiance placée en sir Seewoosagur Ramgoolam pour mener à bien la mission qui lui avait été confiée était méritée », a-t-il affirmé. Il a observé que l’accession à l’indépendance a mis à l’épreuve le sens de patriotisme des hommes et des femmes mauriciens et dans leur foi en leur potentiel propre pour soutenir le démarrage du pays vers la croissance et dans son processus de transformation.
Bhinod Bacha a expliqué que contrairement à certains autres pays du continent africain, Maurice a conquis son indépendance à travers les urnes électorales non pas à la pointe des baïonnettes.
Le conférencier a souligné que dès le premier jour, sir Seewoosagur en sa capacité de Premier ministre avait inculqué les principes et les valeurs démocratiques à la nation mauricienne grâce à une fonction publique qui a dû quitter une mentalité coloniale pour adopter une mentalité moderne et progressiste.
« The more so as the Father of the nation, constitutionally responsible for the Civil Service, had succeeded in cascading his vision down to the grass roots. He thus charted what, in real terms, were the “Elements of a Long Term National Change Process”, comprising the following elements : Develop vision ; Communicate vision ; Create sense of urgency, Create broad-based actions, Institutionalize changes, Verify achievement of goals », a déclaré sir Bhinod Bacha.
Sir Bhinod Bacha s’est également appesanti sur le caractère de rassembleur de sir Seewoosagur Ramgoolam. « As a democrat and leader of conviction and principles, with his finest culture and erudition, charisma, rectitude, uprightness, and missionary zeal, he could naturally attract and draw to him, like a magnet, and assemble around him many patriots like Guy Rozemont, Augustin Moignac, Lacaze, and Madame La Chicorée, who, like him, were genuinely close to the people, and loved the people, not using them, but serving them sincerely and to the best of their abilities, within the means and resources readily available. It has also to be reminded that he inducted the first woman in the Cabinet in the person of Radha Poonoosamy », a-t-il expliqué. Il s’est également attardé sur les nombreuses qualités de SSR qui exigeait l’intégrité de la part de ses ministres et parlementaires.
En tant que politicien, SSR considérait la politique non pas comme une plate-forme conflictuelle mais comme un moyen de servir le pays et la population. « He was shrewd in a positive sense, he displayed unflinching principles, and an undying sense of values. He believed in productive dialogue. He displayed at all times respect for political adversaries. He was always adamantly against hitting below the belt. He believed in consensus, whenever necessary. He put premium on loyalty and trustworthiness. He believed in team work and spirit. He was not only convincing but also open to conviction. His wish was to have all politicians of goodwill around and with him for a clear road map for the country », a-t-il dit.
Sir Bhinod Bacha reconnaît toutefois que comme tout humain, sir Seewoosagur Ramgoolam avait quelques défauts et avait quelques péchés inoffensifs dans son armoire. Il était intraitable vis-à-vis des traîtres et des hypocrites. Il n’était pas cependant rancunier. Il restera dans le coeur, l’esprit et la conscience des Mauriciens comme celui qui a libéré Maurice.
La conférence de sir Bhinod Bacha était agrémentée d’anecdotes et de témoignages pour bien montrer la personnalité de SSR qui est un « man for all seasons ». Il est revenu à Bijaye Madhou de présenter le conférencier. Ce dernier a rappelé que le MGI n’organise que deux memorial lectures par an à l’occasion de la naissance de Mahatma Gandhi et de celle de sir Seewoosagur Ramgoolam.
De son côté, Ravin Dwarka président du MGI et du RTI, a prononcé le vote of thanks.