La ministre de l’Égalité des genres, Fazila Daureeawoo, a procédé hier au lancement du projet « Men as caring partners », à Trèfles. Cela en collaboration avec l’Association for Population and Development. Le but: sensibiliser les hommes contre la violence envers les femmes à travers une nouvelle approche, qui prône la communication et la formation pour tenter de changer la manière de penser.
Lors de cette cérémonie de lancement au centre communautaire de Trèfles, le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, a relevé l’importance d’améliorer le sort des femmes dans la société de même qu’au sein de la famille. Dans le passé, « une femme mariée n’avait aucun droit, qu’elle soit juge, doctoresse, architecte », a rappelé le ministre, « une femme n’avait même pas le droit d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de son mari ». Ivan Collendavelloo a soutenu que depuis qu’il occupe le portefeuille de l’Énergie et des Services publics, il a « toujours veillé » à ce qu’il y ait une grande représentation de femmes dans les corps publics. « Dan CWA, lamwatie dan Board of directors bann fam, 42 % anplwaye dan CWA bann fam. Dan CEB, nou pe rod met bann fam partner dan lekip lor terin, fam pe fer Trainee technician ».
Il a, par ailleurs, salué le travail de la ministre de l’Égalité des genres pour la mise en place de ce projet, ainsi que des programmes comme le Gender Mainstreaming. Sur un ton plus sévère, Ivan Collendavelloo a déploré la recrudescence des drogues à Maurice. « Pa dan enn banane ki dimounn vinn trafikan. Li grav kan trouv dimounn fer ladrog rant dan pei. Pravind Jugnauth pe kontign travay so papa pou konbat ladrog, lager pou kas lerin bann trafikan. Li inportan protez bann zanfan, bizin bann partner atansione ».
Fazila Daureeawoo a, quant à elle, rappelé le rôle des parents dans l’épanouissement des enfants. « La famille est la première institution qui doit prendre soin des enfants. La famille a des responsabilités et il est dommage que beaucoup d’entre elles ne jouent pas ce rôle, préférant le laisser aux écoles ». La ministre de l’Égalité des genres a plaidé pour un changement d’attitudes. « Il faut inculquer le respect, la compréhension, la tolérance aux enfants. Les filles doivent avoir les mêmes chances que les garçons ».
Le Chairperson de l’Association for Population and Development, M. Joosery, a lui fait état de l’importance de revoir l’attitude des hommes envers les femmes au sein de la famille. « Environ 90 % des violences sont perpétrées par des hommes », a-t-il constaté. « Il y a eu des changements positifs, mais pas dans tous les foyers. Nous vivons toujours dans une société patriarcale ». M. Joosery a indiqué que le projet de « Men as caring partners » fera la part belle à l’éducation et à la communication. « C’est un projet destiné à responsabiliser les hommes, changer la manière de penser. Nous mettrons en place de nouvelles approches pour changer le comportement vis-à-vis des femmes. C’est un projet qui apportera une transformation de la société ».