Shameem Korimbocus s’étonne que les autorités mauriciennes aient tenté de le faire déporter de Dubaï. « C’est une honte pour Maurice ce qui s’est passé », déclare le facebookeur.

A Lire : Posts « irritants » sur Facebook : il échappe à une déportation de Dubaï

Connu sous le pseudonyme Shameem Onenonly sur la toile et domicilié à Dubaï, Shameem Korimbocus est populaire sur le réseau social Facebook pour ses posts et commentaires qui ne sont pas au goût de l’Hôtel du gouvernement.

En effet, le Facebookeur est très virulent sur la toile contre les membres du gouvernement et de Lakwizinn du PMO.

Contacté par Le Mauricien hier soir, le principal concerné affirme que « les forces de l’ordre de Dubaï m’ont informé avoir reçu des plaintes contre moi provenant de Maurice ». Selon lui, les Dubaïotes lui auraient ordonné « de cesser de publier des vidéos ou publier des commentaires contre le gouvernement mauricien sur le net ».

Il avance qu’on ne lui a pas montré les documents attestant ces plaintes mais que les agents de l’immigration de Dubaï lui ont par contre fait signer un document en guise d’avertissement.

« C’est une honte pour Maurice ce qui s’est passé. C’est la première fois que j’entends qu’un pays sollicite l’aide d’un autre pour empêcher un citoyen de publier des commentaires sur Facebook », laisse entendre Shameem Korimbocus.

Au niveau des autorités mauriciennes, l’on ne veut pas commenter cette affaire qui intervient alors que les amendements apportés à l’Information and Communication Technology Act sont diversement accueillis par les politiques ainsi que la société civile.

Certains y voient une formule légale passée au parlement par l’Attorney General, Maneesh Gobin, et entérinée par le Président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, pour museler les internautes au niveau des opinions anti-gouvernementales.

Dans le camp de l’internaute l’on s’interroge sur le commanditaire local derrière cette tentative de le faire déporter de Dubaï.

Les informations qui transpirent indiqueraient que les Dubaïotes auraient agi sur les instructions du “Minister for Islamic Affairs of Mauritius”, qui n’existe pas dans notre Constitution.

Certains avancent même que cette opération a aussi eu l’appui de pas moins de deux nominés politiques, membres de Lakwizinn et qui seraient très en vue en matière de technologie informatique.

Pour l’heure, Shameem Onenonly a obtenu le soutien de ses « camarades ». Sur son profil Facebook on y voit qu’il reçoit les visites des personnalités politiques locales lors de leurs déplacements à Dubaï notamment d’Ameenah Gurib-Fakim ou encore de Shakeel Mohamed.

L’opposition parlementaire suit cette affaire de près et on laisse entendre que des questions parlementaires ne sont pas à écarter sur cette tentative de faire déporter Shameem Korimbocus.


Shameem Korimbocus s’éloigne de la page “La vérité ki pou dérange zot »

Ses « posts » ont au final effectivement dérangé. Et il en a payé le prix fort. Tant et si bien que Shameem Korimbocus a fait part dans la soirée d’hier de son intention de se retirer de la page « La vérité ki pou dérange zot ».

C’est à travers cette page qu’il commentait l’actualité à sa manière et les actions du gouvernement.

Dès l’annonce de son retrait, plusieurs internautes lui ont témoigné leur soutien, l’encourageant de ne pas laisser tomber. Certains regrettent même la tentative de le museler.