Les négociations entre le Joint Negotiating Panel (JNP) des syndicats de l’industrie sucrière et la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) sous la présidence du ministre du Travail et des Relations industrielles, Shakeel Mohamed, semblent s’engager dans une impasse. Le conseil des ministres d’hier matin sous la présidence du Premier ministre, Navin Ramgoolam, a pris note d’un état de situation des consultations menées jusqu’ici, et des consultations ministérielles à haut niveau impliquant les ministres de l’Agro-Industrie, Satish Faugoo et celui du Travail durant tout l’après-midi.
Des sources autorisées indiquaient, hier en début de soirée, que le ministre Shakeel Mohamed animerait un point de presse ce matin pour passer en revue la situation de crise dans l’industrie sucrière. Mais très peu de renseignements étaient disponibles à hier soir quant aux décisions entérinées par le gouvernement dans la conjoncture ou encore les « armes légales et de persuasion » entre les mains du ministre du Travail et des Relations industrielles pour convaincre le patronat et les représentants des salariés de modifier leurs positions pour une « sortie de crise honorable ».
Toutefois, les résultats du dépouillement des bulletins de vote des artisans constituent une nouvelle donne dans l’équation en faveur d’une grève illimitée dans l’industrie sucrière. Les indications sont que les membres des syndicats faisant partie du JNP ont voté massivement, soit à 97,7 % en faveur de la grève et également à 98,9 % contre la tenue de négociations sectorielles. Avec un tel soutien de ses membres, le JNP peut difficilement accéder à la proposition de la MSPA visant à avoir recours à des négociations sectorielles après 2013 (voir détails plus loin).
Lors d’un point de presse, en fin de journée hier, les animateurs du JNP ont confirmé la transmission des contre-propositions syndicales au ministre du Travail et des Relations industrielles avec un ultimatum au sujet de la tenue de la grève en cas d’échec des prochaines négociations.
« Nous avons transmis nos propositions au ministre Shakeel Mohamed par le biais du directeur du Travail. Zedi minister finn gayn enn certain nonb sesyon travay ek MSPA, lerla zot vinn propoz enn bann poin ar nou ! La MSPA souhaite ainsi que nous négocions au niveau national mais qu’on “give up” nos droits de grève et que le cas sera référé à l’Employment Relations Tribunal de Rashid Hossen si les négociations au niveau national aboutissent à un Labour Dispute. Ce sont des suggestions inacceptables ! » a lancé Ashok Subron.
Commentant le vote massif des artisans de l’industrie sucrière durant la semaine écoulée, l’animateur du JNP affirme que sans les tentatives de mettre un terme aux processus de « strike ballot » les taux auraient atteint la barre des 100 %. « Le vote reflète clairement la volonté des travailleurs du secteur sucrier et leur détermination à protester contre ce qui est injuste en vue de trouver un accord juste. La majorité des Mauriciens nous soutiennent. Le Premier ministre Navin Ramgoolam et des partis politiques se sont clairement placés dans le camp des artisans et laboureurs de l’industrie sucrière », poursuit Ashok Subron.
« Ce n’est pas un exercice de vote ordinaire. C’est un vote de défiance et de révolte dans l’industrie sucrière. Les résultats sont une indication quant à l’ébullition qui peut faire irruption à n’importe quel moment. Nous écrivons l’histoire avec ce strike ballot et nous démontrons que nous pouvons nous exprimer dans le calme à travers les urnes. Ce mouvement se poursuivra avec le même pacifisme », soutient le syndicaliste.
Par ailleurs, Ashok Subron a expliqué que cette crise fait remonter à la surface la réforme de l’industrie sucrière. Comme annoncé dans l’édition du Mauricien d’hier, le JNP a cru nécessaire d’alerter la Commission européenne à Port-Louis et à Bruxelles concernant des lacunes majeures quant aux conditions stipulées dans les « European Union Regulations 1905/2006 ».
« The decision of the employers, through the MSPA, to alter the pattern of collective bargaining in the cane industry, is more than injust and unfair, given the fact the employers’ organisation is still operational at national level. As such the MSPA is bargaining with State institutions and international entities to the benefits of MSPA companies shareholders, while trying to deny the same right to workers. We are of the view that this unilateral altercation of the pattern of industrial relations is a violation of the regulation of the European Parliament and of the Council establishing accompanying measures for sugar Protocol countries affected by the reform of the EU sugar regime voted by the European parliament in 2006 », écrivent les animateurs du JNP dans leur correspondance.
« Nous avons transmis nos propositions au ministre Shakeel Mohamed par le biais du directeur du Travail. Zedi minister finn gayn enn certain nonb sesyon travay ek MSPA, lerla zot vinn propoz enn bann poin ar nou ! La MSPA souhaite ainsi que nous négocions au niveau national mais qu’on “give up” nos droits de grève et que le cas sera référé à l’Employment Relations Tribunal de Rashid Hossen si les négociations au niveau national aboutissent à un Labour Dispute. Ce sont des suggestions inacceptables ! » a lancé Ashok Subron.
Commentant le vote massif des artisans de l’industrie sucrière durant la semaine écoulée, l’animateur du JNP affirme que sans les tentatives de mettre un terme aux processus de « strike ballot » les taux auraient atteint la barre des 100 %. « Le vote reflète clairement la volonté des travailleurs du secteur sucrier et leur détermination à protester contre ce qui est injuste en vue de trouver un accord juste. La majorité des Mauriciens nous soutiennent. Le Premier ministre Navin Ramgoolam et des partis politiques se sont clairement placés dans le camp des artisans et laboureurs de l’industrie sucrière », poursuit Ashok Subron.
« Ce n’est pas un exercice de vote ordinaire. C’est un vote de défiance et de révolte dans l’industrie sucrière. Les résultats sont une indication quant à l’ébullition qui peut faire irruption à n’importe quel moment. Nous écrivons l’histoire avec ce strike ballot et nous démontrons que nous pouvons nous exprimer dans le calme à travers les urnes. Ce mouvement se poursuivra avec le même pacifisme », soutient le syndicaliste.
Par ailleurs, Ashok Subron a expliqué que cette crise fait remonter à la surface la réforme de l’industrie sucrière. Comme annoncé dans l’édition du Mauricien d’hier, le JNP a cru nécessaire d’alerter la Commission européenne à Port-Louis et à Bruxelles concernant des lacunes majeures quant aux conditions stipulées dans les « European Union Regulations 1905/2006 ».
« The decision of the employers, through the MSPA, to alter the pattern of collective bargaining in the cane industry, is more than injust and unfair, given the fact the employers’ organisation is still operational at national level. As such the MSPA is bargaining with State institutions and international entities to the benefits of MSPA companies shareholders, while trying to deny the same right to workers. We are of the view that this unilateral altercation of the pattern of industrial relations is a violation of the regulation of the European Parliament and of the Council establishing accompanying measures for sugar Protocol countries affected by the reform of the EU sugar regime voted by the European parliament in 2006 », écrivent les animateurs du JNP dans leur correspondance.