Ish Sookun, 28 ans, Linux System Manager de la Sentinelle Ltd, dont l’entourage récuse l’étiquette de Hacker, inculpé provisoirement sous le Prevention of Terrorism Act, doit affronter aujourd’hui une épreuve cruciale. En la présence de ses conseils légaux, Mes Erickson Mooneapillay et Sanjeev Teeluckdharry, les limiers de la Cyber Crime Unit du Central CID procéderont à un examen approfondi des ordinateurs saisis. Cette étape a été rendue a possible suite à l’obtention d’un Judge’s Order au terme de la loi. D’autre part, mardi, il comparaîtra à nouveau devant la Bail and Remand Court pour prendre connaissance du Ruling sur sa demande de remise en liberté provisoire.
L’étape du jour est jugée cruciale car les hommes de l’assistant commissaire de police, l’ACP Helan Jangi, tenteront d’établir que la transmission des e-mails contenant des menaces d’attentat terroriste du 20 janvier, dont une copie avait été adressée au Prime Minister’s Offi ce, avait été activée par Remote Access. À ce jour, les enquêteurs de la Cyber Crime Unit ont établi Beyond Reasonable Doubt que l’Indra CyberCafé à LakePoint, Curepipe, du tandem Ish Sookun et Kishan Sooklall, a été utilisé pour cette opération.
Mais le problème qui reste à être élucidé est d’identifi cation de l’auteur de cette mission. L’une des préposées de l’Indra CyberCafé, interrogée par le Central CID, avait soutenu que le dénommé Kishan Sooklall s’y trouvait au moment des faits incriminés à 11h37 le 20 janvier. S’agissant de ce dernier suspect ou encore Ish Sookun, des alibis ont été présentés. D’où l’importance de la Forensic Analysis du jour.
D’autre part, le dénommé Ish Sookun a été à nouveau in terrogé Under Warning hier après-midi. Il était assisté de ses hommes de loi. La police cherche à savoir le lien qu’entretient le Manager de La Sentinelle Ltd avec Kishan Sooklall, gérant du l’Indra Cyber- Café. De même que son affiliation avec ce cybercafé où le courriel de menaces d’attentat terroristes a été envoyé.
Ish Sookun a, une fois de plus, nié les faits qui lui sont reprochés affi rmant qu’il n’est plus propriétaire du cybercafé depuis fin 2011. Il a cédé les co-propriétés à son ami Kishan Sooklall bien que les titres de propriété sont toujours à son nom en tant que directeur.
Lors de la première partie de sa séance d’interrogatoire, mercredi, Ish Sookun a été appelé à faire état de son parcours professionnel, notamment dans le domaine informatique avec sa participation en tant qu’expert dans l’affaire en Cour suprême contestant la Biometric ID Card.
De son côté, le suspect Kishan Sooklall a nié les accusations portées contre lui. Il a affi rmé qu’il ne peut être tenu responsable de ce que font les clients dans le cybercafé. Il a fourni comme alibi le fait qu’il était au restaurant Debonnair’s, Flacq Coeur de Ville, au moment où le courriel a été envoyé. Il a demandé aux limiers de visionner les enregistrements de ce centre commercial pour confirmer ses dires. Il a été maintenu lui aussi en détention policière. Sa motion de remise en liberté débattue mardi par son homme de loi, Me Ashley Hurhangee.