Il est Mauricien, porte des dreads et s’exprime en créole. Elle est Française, arbore des cheveux bleus et nous parle dans sa langue maternelle. Il est musicien, elle est styliste. Menwar et Florence Drachsler-Honoré forment un couple métis. Ils s’aiment depuis vingt ans. Loin des résonances de la ravanne et du bruit de machine à coudre, les deux artistes échangent un regard tendre, en évoquant les grandes lignes de leur romance.
Ils ne se décrivent pas comme étant fusionnels, mais plutôt indépendants et passionnés. Chacun son art, chacun son univers, et chacun sa zone de création. Menwar ne met pas les pieds dans l’atelier de Florence. Impossible pour le chanteur de s’improviser styliste. “Se enn zistwar ki mo pa kapav rakonte. Mwa, mo pa koz fiksion. Mo koz realite”, soutient-il.
Même son de cloche pour Florence. Son travail, elle ne l’échangerait pour rien au monde. “J’ai toujours voulu devenir styliste. Je ne me suis jamais imaginée en chanteuse ou musicienne. Pour l’être, il faut en avoir envie. Parce que sans envie, pa kapav fer nangne”, confie l’épouse de Stephano Honoré (Menwar).