Aujourd’hui, mercredi des cendres, marque le début du carême chrétien. Ce jour-là, le prêtre officie une cérémonie au cours de laquelle il pose des cendres en forme de croix sur le front de chaque fidèle, en disant ces paroles : « Convertis-toi et crois à l’Évangile. » À noter que le réveillon du Nouvel An chinois coïncidant cette année au début du carême, l’évêque de Port-Louis a dispensé les catholiques de la communauté sino-mauricienne de jeûne et d’abstinence jusqu’au 20 février.
Se convertir et se tourner vers Dieu tout en s’ouvrant aux autres. La période du carême invite à la prière et au recueillement. L’étymologie du mot carême, « quarante », nous renvoie aux quarante jours que Jésus a passés dans le désert.
Les cendres qui sont posées sur les fronts des fidèles proviennent en fait des rameaux brûlés durant la période du carême l’année précédente. La pratique de se couvrir la tête de cendres est une coutume pénitentielle remontant au peuple hébreu. Si le rite n’était pas directement lié au début du carême, il devait être adopté dans les années 300 par certaines églises et signifier l’excommunication temporaire ou le renvoi des pécheurs. Cette coutume devait par la suite, vers le VIIe siècle, mener vers un rite public au début du carême. Après avoir confessé leurs péchés en privé, les pécheurs étaient ensuite présentés à l’évêque et mis au rang des pénitents. Ils devaient se préparer durant le carême afin de recevoir l’absolution le jeudi saint.
Ils recevaient ainsi l’imposition des mains et des cendres au début du carême, après quoi, ils étaient renvoyés de la communauté, loin de leur famille pendant les quarante jours du carême, d’où d’ailleurs le terme de quarantaine. Le sac dont ils se revêtaient et la cendre dont ils étaient recouverts aidait à les reconnaître aux portes de l’église et lors d’assemblées. Ils devaient s’abstenir d’alcool, de viande et de bain. On leur rappelait que la mort était la conséquence du péché : « Tu es poussière et à cette poussière tu retourneras. »
Aujourd’hui, c’est un aspect plus positif du carême qui est mis en avant lors l’imposition des cendres : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »