Une flambée des prix des légumes dans les jours à venir est inévitable. À la suite des grosses averses qui se sont abattues sur l’île pendant le week-end, des accumulations d’eau ont été notées dans plusieurs champs de légumes à travers le pays, en particulier dans le nord. Les planteurs n’écartent ainsi pas la possibilité d’une hausse des prix allant jusqu’à 50%.

Iran Ramjane, un planteur de Triolet, est inquiet. « Mon champ s’est transformé en lac. L’eau s’est accumulée dans le champ à la suite des pluies torrentielles de dimanche. L’effet se fera sentir après deux jours. Toutes les plantes changeront de couleur et deviendront jaunes. Cela dit, presque 50% des légumes sécheront quand le soleil sera au rendez-vous », affirme le planteur. Les légumes les plus affectés, selon lui, sont ceux qui poussent au-dessus de la terre, à savoir le piment, le lalo et l’aubergine, entre autres. « Nous avons déjà un problème avec la culture de piments depuis quelques semaines. La qualité est à déplorer avec une tache noire qui apparaît sur les piments. Maintenant, avec ces grosses averses, la qualité risque de se détériorer », dit-il.

Même situation à Solitude. Un autre planteur, Saïd, explique que la situation est très critique. « Mon champ est complètement inondé. Je crains que cela n’affecte la production. Plus de 50% de mes légumes ne pourront être sauvés », dit-il. Les planteurs nous confient qu’il faudra attendre deux à trois semaines avant de pouvoir cultiver de nouveaux légumes. « Les pommes d’amour coûteront encore plus cher sur le marché. Déjà, elles sont vendues à un prix élevé. Depuis quelques semaines, la forte chaleur a quelque peu affecté la production de pommes d’amour. Avec les grosses averses, la situation va empirer, du moins dans les régions nord du pays », expliquent-ils. Et d’ajouter que la hausse des prix n’est pas immédiate mais qu’elle interviendra dans environ deux semaines.