Les prix des légumes ont une nouvelle fois pris l’ascenseur cette semaine. Selon la Small Planter’s Association, une baisse de productivité, variant entre 20% et 30%, en est la cause. Le mois de février ne sera donc pas facile pour les ménagères, d’autant que les prix risquent d’augmenter davantage à l’approche du jeûne en marge de la fête Maha Shivaratree.

« Il y a deux éléments qui ont contribué à la hausse des prix de légumes. D’abord, il y a la chaleur, qui ne joue pas en faveur de la culture vivrière. Puis il y a une baisse de la production de légumes depuis novembre dernier. Si en cette époque, les planteurs devaient récolter jusqu’à une tonne de pommes d’amour sur une superficie d’un arpent, ils en récoltent que 700 kg à 800 kg », affirme Kripalloo Sunghoon, président de l’association. Il explique que les planteurs produisent entre 2 500 et 3 000 tonnes de légumes chaque semaine. Or, depuis quelques semaines, la production a été réduite à 2 000 tonnes. « Avec la chaleur qui domine, les planteurs ont peur de semer les graines. Par ailleurs, puisque nous sommes en pleine saison cyclonique, ils ont peur d’être frappés par un cyclone. C’est la raison pour laquelle ils ont réduit la production », dit-il.

Kripalloo Sunghoon soutient que le Food and Agricultural Research and Extension Institute devrait tenir compte de la production dans les champs pour ensuite émettre les informations nécessaires aux personnes concernées. Ainsi, nous pouvons avoir une meilleure idée sur la quantité de production de légumes à travers le pays.

Le président de l’association indique que cette hausse de 7% persistera pendant les dix prochains jours. Et la pression sera encore plus grande à l’approche de la fête Maha Shivaratree car la communauté hindoue observera le jeûne. « Le mois de février ne sera pas facile pour les ménagères », devait-il préciser.