Depuis hier c’est la fin du calvaire pour les Burette. En effet, Joanneta Lafleur (20 ans), née Burette, ainsi que ses filles Alina (5 ans) et Alisa (7 mois), ont été retrouvés après avoir été portées manquantes depuis le 28 août. La jeune maman s’est rendue au poste de police de son propre chef pour expliquer les raisons derrière sa fugue.
Des sources policières confirment que des contacts ont été établis avec Joanneta Lafleur dans la journée d’hier dans la région de Grande-Rivière-Sud-Est. Elle a fait comprendre qu’il ne s’agit pas d’une disparition, mais qu’elle a tout simplement pris la décision de se rendre chez son compagnon. Joanneta Lafleur a été longuement interrogé par la police de Bel-Air dans la journée d’hier tandis que les officiers de la Child Development Unit (CDU) devaient prendre la responsabilité des deux enfants en bas âge.
Cependant, à ce matin, la mère de la jeune femme expliquait au Mauricien qu’elle peut finalement pousser un ouf de soulagement même si la police n’a pas encore pris contact avec elle pour l’informer de cette nouvelle. « Monn tann dir dan media ki finn regayne mo tifi. Me la polis pann finn fer mwa kone » déclare Amanda Burette tout en précisant qu’elle se rendra à la Criminal Investigation Division de Grand-Baie plus tard pour s’enquérir de la situation.
Depuis fin août, les proches parents de Joanneta Lafleur vivaient dans une attente des plus angoissantes. Au départ, Joanneta Lafleur avait quitté le toit conjugal à Goodlands après des disputes avec son époux et s’était installée par la suite chez sa mère à Grand-Baie. Mais depuis le 28 août, cette jeune maman et ses deux enfants n’ont plus donné signe de vie. À un certain moment pendant le week-end, les enquêteurs de la police évoquaient même la possibilité que Joanneta Lafleur avait pu se rendre en catimini à Rodrigues par voie maritime. Toujours dans le cadre de cette enquête, les responsables avaient placé un dénommé Julio, qui était en contact permanent via Facebook avec la jeune maman avant sa disparition, sous haute surveillance policière.