« 2015 sera l’année de la réforme institutionnelle et du début de la reconstruction nationale », a laissé entendre le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth dans son message radio-télévisé à la natio au soir du 1er janvier. Le chef du gouvernement devait indiquer qu’après une première série de mesures sociales, son gouvernement consacrera ses efforts à la relance économique. « J’ai toujours eu foi en le génie mauricien. C’est en tant que nation qui croit en son destin que nous devons, comme par le passé, travailler pour faire que le pays redevienne un modèle de développement économique dans la Justice sociale », a-t-il estimé.
Sir Anerood devait, d’abord, réitérer ses remerciements à la population pour la confiance placée en son équipe et lui lors des dernières élections. Pour lui, la victoire de l’alliance Lepep à ces élections est celle de la population. Il assure, ainsi, que le gouvernement qu’il dirige est celui du peuple. Le Premier ministre ne manque pas de souligner comment les engagements qu’il avait pris durant la campagne ont été honorés dès les premiers jours de l’installation de son gouvernement.
Sir Anerood cite, à cet effet, la pension de vieillesse qui est passé, comme promis, à Rs 5000 ainsi que la hausse des prestations sociales payables aux veuves, aux handicapés et aux orphelins. « Je me réjouis que ces augmentations ont amené un peu de sourire sur le visage de nos compatriotes dans le besoin », devait dire, à cet effet, le chef du gouvernement.
Il a, de même, rappelé que les salariés, en général, n’ont pas été oubliés avec une révision de la compensation salariale pour une plus grande équité en faveur de ceux au bas de l’échelle. Sir Anerood souligne, ainsi, que dès la fin de ce mois de janvier, plutôt que d’une compensation favorisant ceux qui gagnent davantage, l’ensemble des salariés bénéficieront, équitablement, de Rs 600.
Le Premier ministre se réjouit, de même, que la Mauritius Sugar Producers’ Association (MSPA) a réagi favorablement à son appel après la récente grève dans le secteur sucrier. L’association des patrons sucriers, rappelle-t-il, a consenti à payer aux travailleurs de l’industrie sucrière l’ensemble des primes en dépit des huit jours de grève. « Je les remercie pour cela ». Pour sir Anerood, l’ensemble de ces initiatives en faveur des travailleurs jette les bases d’une stabilité sociale bien plus importante que les coûts financiers qu’elles impliquent.
Le chef du gouvernement rappelle, par ailleurs, l’autre initiative qui a, déjà, été prise en vue de corriger les injustices du système existants de permis à point: l’amnistie décidée pour quelque 80,000 conducteurs ayant accumulés des points avec le retour du compteur à zéro dès le 1er janvier. « Nous viendrons, promet-il, avec un nouveau système plus juste qui assurera, en même temps, la sécurité sur nos routes ».
« Nettoyage déjà en cours »
Sir Anerood annonce, d’autre part, l’institution, « dans les jours à venir, » d’une Commission d’enquête sur la drogue comme il s’était engagé de le faire pendant la campagne électorale. « J’invite la population à venir déposer en vue de dénoncer la mafia qui tue nos enfants », dit-il, à cet effet. Le Premier ministre rappelle aussi son engagement à « nettoyer les institutions ». « Comme vous pouvez le constater, le travail a démarré et sera complété rapidement », laisse-t-il entendre.
Il évoque, à ce propos, les « scandales et abus de pouvoirs entre la période 2005 et 2014 ». « Les coupables paieront pour leurs actions et je serai sans pitié à leur encontre », prévient sir Anerood tout en précisant, néanmoins, que l’Etat de droit sera respecté. Le chef du gouvernement explique que, parallèlement au « nettoyage » en cours, des actions sont prises en vue d’une plus grande transparence et davantage de méritocratie pour ce qui concerne les recrutements à la tête des institutions.
D’où la décision, dit-il, de lancer des appels de candidatures « dans certains cas », pour des postes de CEO en vue du choix des meilleures compétences possibles. « J’ai aussi initié des actions pour une tolérance zéro en matière de gaspillages », déclare le Premier ministre. Il parle, à cet effet, d’un plan d’action en préparation et de la mise sur pied, sous sa responsabilité personnelle, d’une unité spéciale chargée d’un « monitoring » permanent.
Pour ce qui concerne les relations entre le gouvernement et les organisations socio-culturelles, sir Anerood indique qu’elles seront, désormais, axées sur les moyens à mettre en oeuvre en vue d’endiguer les fléaux sociaux ainsi que l’érosion des valeurs au sein de la société. Le Premier ministre annonce, dans la foulée, une décision majeure: si ses ministres et lui répondront présents aux cérémonies organisées par de telles organisations, ils s’abstiendront, toutefois, d’y prendre la parole.
Sir Anerood qui parle, par ailleurs, de « triomphe de la démocratie » lors des élections générales annonce l’amendement à venir du Local Government Act en vue d’une meilleure expression de la démocratie régionale. En matière de calendrier parlementaire, le chef du gouvernement annonce la présentation du discours-programme pour le 27 janvier et la présentation du budget 2015 à la mi-mars.
« Partage équitable du gâteau national »
« 2015 sera l’année de la réforme institutionnelle et du début de la reconstruction nationale. Nous démarrons un nouveau chapitre de notre Histoire. J’appelle à la solidarité nationale car nous avons de gros défis à relever. Nous devons, une fois encore, privilégier une culture du travail, de l’effort et de la persévérance qui a permis au pays de progresser dans le passé », laisse entendre le Premier ministre.
Il indique qu’après une première série de mesures sociales, son gouvernement consacrera ses efforts en vue de la relance économique. Et sir Anerood d’évoquer la création d’un ministère spécialement dédié à l’économique marine; sa décision d’adjoindre au ministère des Technologies de l’Information et de la communication une vocation d’innovation ainsi que le lancement du projet « Maurice, nation d’entrepreneurs » en vue d’une « vraie démocratisation de l’économie ».
« J’ai eu, toujours, foi en le génie mauricien; en la collaboration entre le gouvernement et le secteur privé pour la création de la richesse nationale. Je me suis toujours assuré d’un partage équitable du gâteau national. C’est en tant que nation ayant foi en son destin qu’une fois encore, nous devons travailler main dans la main en vue de faire avancer notre pays pour qu’il redevienne un modèle de développement économique dans la Justice sociale », plaide sir Anerood.
Le chef du gouvernement évoque, sous ce rapport, les années 1980 quand, dit-il, « avec la population, j’ai façonné le prtemier miracle économique qui fut cité en exemple à travers le monde et qui profita à tout un chacun ». « En 2014, explique SAJ, avec la bénédiction de la population, j’ai réalisé un miracle politique. Je suis très touché par la grande confiance placée en moi. Je veux terminer ma carrière dans la dignité avec le sentiment du devoir accompli. Vous pouvez compter sur moi ».
Sir Anerood devait terminer son mesage radio-télévisé à la nation en se disant « plus que jamais déterminé, de mettre le pays sur les rails d’un deuxième miracle économique » avec le soutien de la population et, ainsi, assurer « le progrès, la prospérité et le bonheur pour tous ». Et le chef du gouvernement de conclure en donnant, une nouvelle fois, l’assurance à l’ensemble des Mauriciens qu’il entend être « le Premier ministre de tous les Mauriciens, indistrinctement ».