Dans un message adressé à la population en marge de la fête de Pâques, le vice-président Eddy Boissézon invite la population à rester vigilante et disciplinée. Il se prononce pour un patriotisme sans « si » et sans « mais », expression qu’il emprunte au pape François. Nous publions ci-dessous le message du vice-président de la République.

« C’est avec beaucoup de plaisir que j’apprends que la force policière rapporte qu’elle a noté une amélioration dans le comportement des membres du public faisant leurs emplettes dans les différents centres commerciaux et boutiques. Malheureusement, les consignes du gouvernement et des autorités sanitaires ne sont pas entièrement observées. Il y a continuellement des appels à une proportion de la population à se ressaisir. Il n’y a qu’une seule manière pour nous de vaincre ce virus invisible, c’est de nous conformer aux consignes, mais plus important encore, c’est de RESTER CHEZ NOUS.

Nous ne voulons plus de mauvaises nouvelles, dramatiques et tristes.

Tout un chacun a en mémoire l’intervention du Premier ministre informant la nation qu’il mettait le pays sous confinement à partir du 20 mars, avant par la suite d’être contraint d’instituer un couvre-feu sanitaire à partir du 23 mars, pour cause d’indiscipline de certains de nos concitoyens. Il y a eu aussi son intervention pour annoncer qu’un premier fils du sol avait contracté le virus. Puis, son allocution en temps que chef d’un gouvernement responsable pour annoncer la triste et terrible nouvelle du premier cas de décès dû au coronavirus.

D’autres cas de décès ont suivi, mais le décès de cette jeune fille de 20 ans, dont les parents n’ont pu assister aux rituels funéraires, étant eux aussi atteints du virus, a mis tout le pays en émoi. Mais le coup de massue est tombé quand la population a appris que des enfants en très bas âge sont aussi contaminés.

Nous voulons entendre de bonnes nouvelles, rassurantes, optimistes et réconfortantes.

« Respect »

Certes ! Pour cela, il nous est primordial de suivre les consignes des autorités, de rester chez nous et de ne se rendre dans des lieux publics uniquement qu’en cas d’obligation, de respecter la social distancing et les directives des préposés présents.

« Respect » : c’est le maître-mot pour notre réussite afin d’en finir avec cet ennemi invisible.

Oui pour le respect de ce personnel sanitaire ; ces braves femmes et ces braves hommes qui quittent leur maison, leur famille, tout, avec des appréhensions de ne pouvoir retourner chez eux, des doutes plein la tête, mélangés à de l’optimisme et de la confiance qu’ils réussiront. Ces légionnaires submergés, qui travaillent sans relâche pour nous guérir pour nous sauver. Oui, ils méritent amplement tout notre respect, notre empathie, nos applaudissements nourris pour leur exprimer notre reconnaissance sans faille, au lieu de nos invectives et menaces.

Respect aux membres de la force policière, qu’aujourd’hui nous aurions préféré voir dans des tâches caritatives plutôt qu’à s’atteler à ces tâches dissuasives et du non-respect des consignes sanitaires. Respect aux pompiers, aux autres employés de la fonction publique qui, même avec un effectif réduit, arrivent à abattre un travail colossal pour répondre aux besoins de la population à travers le pays.

Respect aux employés des hypermarchés, des pharmacies, des employés du secteur privé et des autres services essentiels qui se donnent corps et âmes, certains même risquant leur vie pour que la population ne manque de rien en matières alimentaires et autres produits de grandes nécessités. Respect à ces travailleurs sociaux qui, eux aussi, délaissent leur maison pour subvenir aux besoins des plus démunis.Respect à cette Mauricienne, ce Mauricien qui reste à la maison, qui s’impatiente, mais accepte ce sacrifice pour le bien du pays, afin de briser cette chaîne de transmission du virus.

Le virus est invisible, les petites actions qui paraissent anodines, et parfois insignifiantes, ont tout leur sens et sont d’une importance capitale dans notre lutte pour son éradication. Dans quelques jours sera célébrée la fête de Pâques. Cette fête chrétienne de la victoire du bien sur le mal, de la vie sur la mort. Autour de cette célébration religieuse, les chrétiens associent également leurs voisins et amis d’autres croyances dans l’unité à se joindre à eux pour des réjouissances liées à cette grande victoire divine.

Habituellement, des œufs de Pâques sont partagés, des visites aux parents et aux amis sont effectuées, et comme le veut la tradition, le lundi de Pâques se fête aussi au bord de la mer. Cette année, la fête de Pâques sera très particulière. Confiants, nous nous confinerons chez nous sans rechigner, dans la discipline et le respect de nos concitoyens. Nos parents et amis préféreront nous savoir en sécurité chez nous, car tout ce qui est différé n’est pas perdu. Les plages profitent de ce moment pour se reposer.

Chers compatriotes,

Je vous souhaite à tous une joyeuse fête de Pâques. Restons vigilants et disciplinés. Profitons de ces moments en famille pour resserrer les liens. Unissons nos prières et nos forces pour combattre la pérennité de cet ennemi invisible pour le bien et l’avenir de tout un chacun et l’avenir de notre République.

Alléluia, Alléluia !