La Fête de Pâques est porteuse d’espérance pour l’avenir et révélatrice de l’Amour de Dieu à l’égard de toute l’humanité.
Le mandement de carême 2012 dans lequel je donne l’occasion aux fidèles d’approfondir leur réflexion par rapport à leurs parcours spirituels, fait aussi référence à nos préoccupations en tant que citoyens de notre Île République. Ce message à l’occasion de la Fête de Pâques voudrait inviter chaque citoyen, quelle que soit sa religion, à porter un regard de compassion sur cette communauté mauricienne à laquelle nous appartenons. Je suis heureux, en cette saison pascale, de vous écrire ce message qui se veut être porteur de vie, de joie et d’espérance.
Comme héritiers de la création, nous tous — jeunes, adultes, enfants – devons la respecter, l’honorer afin d’assurer sa beauté et son utilité pour les générations à venir. La Résurrection de Jésus que nous célébrons, nous incite à construire une situation épanouissante au sein de laquelle tous jouissent de paix, de justice et de dignité.
Pour nous Mauriciens, qui vivons la 44e année de notre souveraineté en tant que nation, il est tout naturel que l’espérance de Pâques qui transcende des clivages religieux nous anime et nous conduise sur les pas d’une citoyenneté responsable, avertie et participante.
La situation sociale et politique de notre République nous interpelle car elle semble être instable. Il est temps pour nous de savoir que cette nouvelle vie que nous offre Dieu par le salut donné au Monde par Jésus, transforme notre regard et notre coeur. Que notre regard soit un regard qui voit l’injustice et que notre coeur soit un coeur généreux et un coeur de chair.
L’enseignement de Jésus à ses disciples est que nous nous aimons les uns les autres, voire nos ennemis. La Fête de la Résurrection de Jésus, Pâques, nous rappelle que la promesse de Dieu pour une vie de plénitude est réalisée de manière concrète. Mais il est regrettable de constater que cette vie épanouissante n’est pas partagée par tout un chacun. Notre avidité de satisfaire nos intérêts et besoins personnels prennent le dessus sur le bien commun.
En cette Fête de Pâques, il est important de reconnaître que la présence du Christ ressuscité dans le monde prend toute sa valeur car il incarne le Pardon et la Paix. Jésus avait dit à ses disciples au soir de la Résurrection : « Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix. »
Ainsi, construisons ensemble un espace de paix, de justice, de pardon car tous sans exception avons besoin d’Amour. Que l’Amour éclaire notre engagement politique, social et religieux.
Que Dieu vous bénisse tous en cette Fête de Pâques.