Le président de la Government Teachers Union (GTU), Jugduth Seegum, aussi connu sous le nom de Vinod Seegum, poursuivi pour avoir posté des messages offensants sur le compte Facebook de la GTU Mauritius Educators Forum à l’égard d’une Senior Hospital Care Attendant, a été trouvé coupable. Il devra s’acquitter trois amendes de Rs 15 000 chacune sous trois charges de « using an information and communication service for the purpose of causing annoyance to another person ».
Le président de la GTU avait été reconnu coupable sous trois charges sous l’Information and communication Technologies Act, alors que cinq charges avaient initialement été retenues contre lui. Vinod Seegum a pris connaissance de sa sentence ce matin. La victime, Senior Hospital Care Attendant qui officiait également comme Public Relations Officer à la Federation of Civil Service and other Unions (FCSOU) au moment des faits, est allée porter plainte contre le syndicaliste après avoir vu les messages blessants la concernant sur Facebook. La victime avait relaté en cour la manière dont ces messages l’ont affectée : « Linn difam mwa, enn bann fos sarz ki linn mete », ajoutant que « fransman mo dir ou kan monn get sa bann komanter la, vremem monn blese ». La plaignante a ajouté que ces messages ont affecté sa réputation en tant que professionnelle, mais également sa vie personnelle : « Mo mari pann koz ar mo mem komie tan, bann zanfan ti ena pou marie tousala, inn gagn bann problem. Monn bizin al kot bann bo-paran pou explike ki manti parski swit a bann komanter ena bann lot komanter ankor kot inn vini li pe tret mwa koumadir an tant ki madam, pe tret mwa dan tou bann kalite koze. Mo travay dan lopital mem parmi piblik e sa ti vreman ti pe afekte mwa dan mo travay, mo ti pe santi moi imilie divan bann dimounn ».
Le président de la GTU, pour sa part, avait soutenu qu’il n’avait pas l’intention d’offusquer la victime par ces messages, relatant qu’il avait posté ces commentaires dans le contexte d’une campagne électorale et que les membres de la Fédération postaient des commentaires et discutaient de plusieurs sujets. Me Ashock Radhakissoon, l’avocat du syndicaliste, avait également soutenu que pendant ces campagnes électorales, les membres de la fédération avaient l’habitude de se lancer des invectives sans penser ce qu’ils disent. Toutefois, la magistrate Razia Jannoo-Jaunbocus a conclu que Vinod Seegum savait que le contenu de ses commentaires était la raison de la plainte logée contre lui et que ses commentaires visaient à contrarier la victime.