Dans son homélie hier à l’occasion de la traditionnelle messe du 1er mai, l’évêque de Port-Louis s’est dit « interpellé » et « attristé » par cette tendance au niveau mondial, gagnant de plus en plus les entreprises mauriciennes, selon ses observations, à ne s’intéresser qu’à l’accroissement des profits chaque année au point d’en faire une obsession. « L’obsession du profit uniquement est une maladie de notre époque. Un tel système est criminel, car cela détruit l’humanité des travailleurs et cause beaucoup de souffrances dans les familles ». Mgr Piat a aussi lancé un appel aux travailleurs mauriciens pour « un geste d’amitié et de soutien » envers les travailleurs étrangers, dont les conditions de travail et de vie à Maurice, dit-il, « sont très dures ». « Je voudrais que tout le monde à l’intérieur de l’Église considère cette question avec sérieux ».