La messe du Jeudi Saint, présidée ce matin par Mgr Piat et concélébrée par tous les prêtres du diocèse de Port Louis, s’est déroulée sous le thème de « Kleopas » — projet d’évaluation portant sur la manière dont l’Eglise annonce l’Evangile dans un contexte moderne et rempli de nouveaux défis et qui touche aussi tous les services du diocèse dans la société mauricienne. Le Jeudi saint est l’anniversaire de l’institution de l’Eucharistie et celui du sacerdoce, et l’homélie de Mgr Piat cette année était axée principalement sur la manière dont se déroulent les messes du dimanche en interpellant de manière très prononcée les prêtres et tous les fidèles catholiques à ce sujet. « L’Eucharistie n’est pas un show spirituel annoncé pour tel jour, telle heure, et puis vient qui veut. La messe du dimanche est plutôt une fête familiale à laquelle tous les membres de la famille sont invités », a souligné l’évêque de Port Louis.
Comme les années précédentes, la messe chrismale ce matin en la Cathédrale Saint Louis s’est déroulée en présence d’une importante foule ; bon nombre de personnes n’ont pu trouver place à l’intérieur de l’église et ont suivi le déroulement de cette messe, assis sur le parvis. Dans son homélie, Mgr Piat a fait part de son souci profond quant au déroulement des messes et a invité les prêtres et leurs proches collaborateurs à accorder une réflexion sérieuse à cette question et à entreprendre dans le cadre de « Kleopas », « une évaluation sur la manière dont les paroisses célèbrent l’Eucharistie chaque dimanche ». « En ce Jeudi Saint, anniversaire de l’Institution de l’Eucharistie, je vous invite, chers frères prêtres et tous ceux et celles qui collaborent avec vous dans la préparation et l’animation de la messe du dimanche, les lecteurs, les animateurs liturgiques, les responsables de chorales, les musiciens, les donneurs de communion, les responsables de l’accueil, les enfants de choeur, à vous réunir pour réfléchir ensemble à ces questions que je pose ici. Cherchons sincèrement comment faire pour que nos messes du dimanche soient des lieux où la Bonne Nouvelle de Jésus Christ retentit dans nos coeurs et nous dynamise », a dit l’évêque à l’assistance. Ce dernier a lancé des pistes de réflexion sur plusieurs aspects en insistant particulièrement sur l’accueil des personnes à l’église et sur la qualité même de l’animation. « L’Eucharistie n’est pas un show spirituel annoncé pour tel jour, telle heure, et puis vient qui veut. La messe du dimanche est plutôt une fête familiale à laquelle tous les membres de la famille sont invités. Mais cette invitation doit être apportée aux membres de la famille, spécialement à ceux et celles qui, comme Kleopas, ont été déçus et se sont éloignés pour différentes raisons. Dans l’Evangile, celui qui donne un festin de noces ne se contente pas d’annoncer qu’il y aura un festin (Il envoie ses serviteurs pour inviter les gens. Prendre l’initiative, aller visiter les gens là où ils sont, les inviter, leur dire qu’il y a une place pour eux à l’Eglise est une démarche pastorale fondamentale qui porte beaucoup de fruits. Les gens sont souvent touchés quand on les visite, et quand on les invite parce que pour eux, cette visite et cette invitation sont déjà une Bonne Nouvelle. Il y a tant de gens, les pauvres surtout, qui restent éloignés de l’Eglise parce qu’ils ne sentent pas qu’ils ont une place là-bas. Pourtant ils ont soif d’être considérés comme un membre de la famille et d’être invités eux aussi ».
Mgr Piat propose aux prêtres et à leurs proches collaborateurs ainsi qu’à tous ceux qui participent à la préparation des messes de relire le récit de la rencontre de Jésus avec Kleopas car ce texte, dit-il, contient quelques critères qui peuvent aider dans cet exercice de célébrations eucharistiques.
On relève aussi deux questions de Mgr Piat au début de son homélie : « Est-ce qu’elle porte la bonne nouvelle aux pauvres ? Est-ce qu’elle libère les opprimés, est-ce qu’elle guérit les aveugles ? ». Mais selon l’évêque de Port-Louis, l’Eglise entreprend déjà un « beau travail » dans cette voie mais à son avis « il y a encore un long chemin à faire ». « Oui il y a de belles choses qui se passent chez nous et qui montrent que la Bonne Nouvelle est en train d’être apportée aux pauvres. Je remercie tous les prêtres, les religieuses, les laïcs qui se donnent à fond dans ce beau travail d’évangélisation. Nous sommes en route, il n’y a pas de doute, mais il y a encore un long chemin à faire. C’est pourquoi nous avons pris le chemin Kleopas ».
Par ailleurs, l’évêque de Port-Louis, au début de la messe, a eu un mot spécial pour tous les prêtres du diocèse qui, en ce Jeudi Saint, renouvellent leur sacerdoce. « Je vous remercie pour votre engagement, pour votre fidélité et votre loyauté » leur a-t-il dit. L’évêque de Port-Louis a également songé aux prêtres malades ainsi qu’aux évêques de la région avec lesquels l’Eglise de Maurice est en communion durant cette semaine sainte. Il a demandé aux fidèles de prier pour les séminaristes et de soutenir les jeunes qui ont un projet de vocation.