« La laïcité est conforme à l’esprit même de l’Evangile », a estimé, hier, le père Jean-Claude Véder, curé de la paroisse de Saint Patrick, Rose-Hill et directeur de l’Institut Cardinal Jean Margéot (ICJM). C’était lors de son homélie à la traditionnelle messe solennelle de la Saint Louis, Saint Patron du diocèse catholique local. Même s’il convient, comme l’enseigne le Christ, qu’il faut « rendre à César ce qui est à César », le prédicateur devait, par ailleurs, estimer « qu’aucun César ne peut prétendre être le maître absolu des hommes ». Lors de cette messe présidée par l’évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, en la cathédrale Saint-Louis, le directeur de l’ICJM devait expliquer que tout combat pour la dignité humaine relève de la foi chrétienne.
Dans son intervention en présence des autorités civiles dont le président de la République, M. Kailash Purryag, le Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam, le leader de l’opposition, M. Paul Bérenger et le lord-maire de la capitale, le Dr Mamade Kodabaccus, le père Véder a souligné que, même si le terme « laïc » n’est pas inscrit dans la Constitution de Maurice, notre République repose, quand même, sur les valeurs de la laïcité que sont, entre autres, la liberté de conscience, la liberté religieuse, le libre exercice des cultes, ainsi que l’indépendance et la neutralité de l’Etat par rapport aux religions.
Tout en exprimant sa reconnaissance à Mme Nita Deerpalsing, d’avoir, récemment, porté devant l’Assemblée nationale, la question « épineuse » et « sérieuse » de l’empiétement de la religion sur la vie publique et politique, le directeur de l’ICJM estime que cette démarche de la députée de la Majorité vient démontrer que la notion de la laïcité de l’Etat est diversement comprise.
Expliquant la position de l’Eglise catholique par rapport à la question, le curé de la paroisse Saint-Patrick souligne que la laïcité est une valeur autant pour la société qu’un principe fondamental conforme à l’esprit même de l’Evangile. Il cite, à cet effet, un extrait du message de Jean-Paul II aux évêques de France datant de 2005 dans lequel le défunt Souverain pontife explique que la laïcité, si elle est bien comprise, « appartient aussi à la Doctrine sociale de l’Eglise ».