L’ambiance est morose tant au sein de la communauté des bookmakers qu’au sein du Mauritius Turf Club après l’annonce des mesures budgétaires vendredi dernier par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth. L’arrivée d’une nouvelle taxe de 2% qui sera imposée sur le net stake des bookmakers ne va pas leur faire plaisir et, déjà, celui qui est considéré comme leur fédérateur à Maurice, Bijay Greedharry, tire la sonnette d’alarme. « Cette taxe est-elle passée de 15% à 2% ou passe-t-elle tout simplement à 17% ? Car il faut savoir que le betting est sans doute la seule activité économique à Maurice où nous payons deux fois la taxe pour un seul service », soutient-il.
Il est clair que le gouvernement n’a nullement l’intention de baisser les taxes sur les revenus des bookmakers. Au contraire, la nouvelle taxe de 2% est de toute évidence une nouvelle imposition puisque le ministre des Finances a annoncé que l’argent qui sera récolté aidera à financer le Responsible Gambling and Capacity Building Fund. Ce fonds qui sera bientôt mis en chantier a pour objectif de : (a) développer des programmes pour des paris responsables du public ; (b) trouver et lutter contre les maux de l’industrie du jeu et ; (c) mettre en place des expertises et la logistique pour faire face aux paris illégaux et assurer l’intégrité dans l’industrie des courses à Maurice.
Illegal betting
Dans cette optique, il faut dire aussi adieu à la Mauritius Horseracing Authority, annoncée dans le rapport des deux consultants anglais Ben Gunn et Paul Scontey. À la place, le ministre des Finances a annoncé ce qu’il considère comme une restructuration de la Gambling Regulatory Authority (GRA). Cette dernière, a indiqué Pravind Jugnauth, sera appelée à être plus efficace dans son rôle de « full-fledged licensing and regulatory authority ». Dans la foulée, le Grand Argentier a indiqué que la GRA sera dotée d’une Horse Racing Division and an Integrity and Intelligence Unit.
La Police des Jeux sera aussi renforcée « with appropriately trained human resources and equipped with the latest technology to enable effective tracking of illegal betting and conduct enquiries diligently », a souligné le ministre des Finances. En dernier lieu, notons que le government a augmenté les frais d’opération des bookmakers hors du Champ de Mars. Ceux-ci passent de Rs 16 000 à Rs 30 000.
Signalons aussi que les propriétaires de chevaux ont été pour une fois entendus. Ainsi, la taxe douanière de Rs 30 000 qui pesait sur l’importation de tout nouveau cheval a été aboli. Cette mesure a pris effet dès le 30 juillet dernier.
On a aussi noté que le on-line betting sera désormais possible mais qu’il n’est destiné qu’aux étrangers et non-résidents. On ne sait toutefois si les courses sont concernées par ce nouveau type de paris.