Maurice a jusqu’ici connu un hiver clément, entrecoupé de quelques périodes de fraîcheur dues à la présence d’anticyclones au sud des Mascareignes. « Il n’y a pas eu véritablement de fraîcheur glaciale. Il faut cependant attendre août, un des mois les plus froids de la saison », constate Mamade Beebeejaun de la Météo. En effet, si cet hiver austral 2012 suscite interrogations et commentaires, la question du lien entre cet hiver doux et le réchauffement climatique se pose à nouveau.
L’hiver 2012 serait-il influencé par le changement climatique ? La question reste ouverte. En tout cas, plus personne n’ignore désormais la problématique du réchauffement du climat et encore moins les météorologues. Ses effets sont perçus de différentes manières, le phénomène se manifestant sous des formes diverses.
Sur le plan local, avec l’approche d’un système frontal le 26 avril, l’on a ressenti les premières conditions hivernales. Selon Mamade Beebeejaun, Deputy Director aux services météorologiques de Maurice, il s’agit d’une indication que leur incidence est tout à fait variable. On a également observé dans les parages de Diego Garcia l’évolution d’une zone de basse pression en forte tempête tropicale le 6 juin et baptisée Kuena, alors que la saison cyclonique dure de novembre à mai. « Ce phénomène n’est pas un anormal mais plutôt rare », affirme Mamade Beebeejaun. Selon lui, les conditions climatiques, notamment la température de la mer, ont été propices au développement de cette cellule cyclonique, le threshold value étant de 26° C. Les archives de la Météo recensent quelques dates concernant la formation de systèmes dans le bassin de l’océan Indien hors période cyclonique : en 1949, 1983 (Fely), 1991 (Ginette) et récemment en juin dernier, Kuena
Le météorologue fait aussi remarquer que ces derniers temps, l’on a observé l’augmentation de la température de 4°C dans les basses couches de l’atmosphère, c’est-à-dire de la surface jusqu’à 5 000 pieds en hauteur. « C’est ce qui explique que le froid parvient difficilement à s’installer », souligne notre interlocuteur.
Concernant cette saison hivernale, la température la plus basse enregistrée jusqu’ici est de 11,2 °C à Bois-Chéri en juin dernier (voir tableau). Ce qui vient confirmer le rapport sur les prévisions météorologiques hivernales 2012 qui avait annoncé une saison « normale » avec des températures minimales pouvant chuter jusqu’à 12° C par moments sur le Plateau central en cas de ciel clair et de vent léger.
Au-delà d’une simple constatation, le changement climatique doit conduire à une prise de conscience de ses enjeux et la façon d’y faire face. La conclusion est qu’il faut se préparer à s’habituer aux variations météorologiques dans les années à venir.