Une ligne d’instabilité provenant de l’est de Madagascar et qui traverse Maurice, est la cause du mauvais temps. Accompagnée d’orages, cette zone perturbée provoque depuis hier soir de grosses averses et depuis ce matin des pluies localisées se sont renforcées. Résultats : certaines régions en ont été copieusement arrosées comme dans l’Est avec une pluviométrie frôlant la barre des 100 mm.
Un réveil pluvieux pour Maurice en ce dernier lundi de mars. Une date qui vient rappeler les dramatiques inondations du 26 mars 2008, avec pour conséquence quatre morts dont deux habitants de Mon-Goût. Ces inondations, pour rappel, étaient causées par les nuages associés à la dépression ex-Lola.
Les pluies qui ont commencé à influencer le temps dans la soirée d’hier à ce matin ont pour origine une zone d’instabilité qui se décale de Madagascar vers notre région. Les zones d’instabilité sont généralement associées à des pluies et orages ; le ciel a en effet grondé dans plusieurs régions aux petites heures du matin et une bonne pluviométrie a été enregistrée ces dernières 24 heures (voir tableau).
Cette masse instable qui passe sur notre île actuellement génère depuis hier soir — et dans la nuit de samedi à dimanche pour certaines régions de l’île — une bonne quantité de pluies sur le pays. Des pluies à caractère localisé se sont renforcées tôt ce matin comme à l’Est où les données pour la pluviométrie faisaient état de 98,5 mm à Bel-Étang. Les chiffres devraient continuer à gonfler avec l’apport additionnel de pluies. Les parapluies resteront ainsi de mise cet après-midi, car selon les prévisions de la station météorologique de Vacoas, ce régime d’instabilité devrait se poursuivre jusqu’à au moins mercredi avec des averses et des risques d’orages. Les conditions atmosphériques restent donc humides et instables sur la région. La Météo prévoit pour les prochaines heures un temps nuageux sur l’ensemble de l’île avec des averses éparses. Les averses seront modérées et accompagnées d’orages isolés par moments, indique le communiqué émis à 11 h 25.
Certaines rivières sont par ailleurs en crue depuis l’arrivée de ces pluies, d’où les consignes de sécurité et de mise en garde émises par la Météo concernant les accumulations d’eau dans les endroits habituellement inondables, et avisant le public de ne pas s’aventurer aux abords des rivières en crue. La prudence est également recommandée aux automobilistes sur les routes, en raison d’une chaussée glissante.
———————————————————————————————————————————
Pluviométrie à ce matin
Voici la pluviométrie relevée du 25 mars à minuit à ce matin.
Albion : 22, 2 mm
Trou-aux-Cerfs : 42,2 mm
Le Morne : 11,8 mm
Belle-Mare : 28,4 mm
Arnaud (Mare-aux-Vacoas) : 64,2 mm
Souillac : 21,4 mm
Bain-Boeuf 26,8 mm
Riche-en-Eau : 31,8 mm
Moka : 21, 6 mm
Port-Louis : 42 mm
Mon Bois ; 45,2 mm
Nouvelle-Découverte : 53,8 mm
Mon Loisir Rouillard : 23,8 mm
Mon Loisir : 32,8 mm
Grand-Bassin : 45,4 mm
Queen Victoria : 44,2 mm
Vacoas : 16, 2 mm
Domaine les Pailles : 28,6 mm
Providence : 67,6 mm
Plaisance : 29,2 mm
Bel-Étang : 98,5 mm
Fuel : 36,5 mm
———————————————————————————————————————————
INONDATIONS MEURTRIÈRES: Il y a quatre ans jour pour jour
Il y a quatre ans, jour pour jour, Maurice avait subi les inondations meurtrières dues au passage de la dépression tropicale Lola. Des bandes nuageuses associées à la dépression tropicale avaient généré des pluies interminables dans la nuit du 25 au 26 mars, amenant la station météorologique de Vacoas à émettre un avis de pluies torrentielles.
Le 26 mars 2008 restera une journée sombre. En effet, ce jour-là quatre personnes, dont une collégienne, Laura Paul, ont trouvé la mort, emportées par les crues. Les trois autres victimes étaient Jaywantee Raghoo, Rudy Catapermal et Yogen Naiken.
Ces inondations ont par ailleurs suscité la polémique sur le critère des 100 mm de pluies avant l’émission de l’avis de pluies torrentielles et également des critiques envers le ministère de l’Éducation et l’aménagement des infrastructures à Maurice. Un comité d’enquête, présidé par le juge Domah, avait été institué pour faire la lumière sur les circonstances ayant entraîné des pertes de vies humaines lors de ces inondations.