L’été prochain sera encore plus chaud que celui des années précédentes avec un mercures qui pourrait atteindre 35°C à Port-Louis et sur le littoral nord. C’est ce qui ressort du rapport de la station météorologique de Vacoas qui comporte les prévisions à long terme pour la prochaine saison.
L’été 2013/2014 sera légèrement plus chaud que d’habitude, indique la station météorologique de Vacoas qui a dévoilé hier après-midi son Summer 2013/2014 Forcecast pour Maurice et Rodrigues. Certains jours, les températures pourront dépasser par 2 degrés Celsius la moyenne pour le mois. Les températures maximales vont atteindre 35°C dans la capitale et sur la côte nord de l’île alors qu’à Rodrigues, les maximales vont atteindre les 33°C sur les régions côtières à certaines occasions.
Mamade Beebeejaun, directeur de la Météo, qui présentait hier le rapport sur les perspectives estivales aux côtés de ses deux adjoints, Rajan Mungra et Prem Goolaup, met en garde contre des risques de vague de chaleur en cas de période de chaleur prolongée et qui pourraient également causer des « torid climatic conditions ».
Le Summer Forecast donne une prévision de ce qui nous attend également en termes de pluviométrie. Les premières pluies d’été sont ainsi attendues dans la seconde moitié de décembre. Pour l’ensemble de la saison estivale, les services météorologiques s’attendent à ce que le cumul des pluies soit proche de la moyenne, avec 1 350 mm pour Maurice et environ 650 mm pour Rodrigues. Mais toutefois, ces pluies ne seront pas équitablement distribuées sur les diverses régions, prévient le directeur de la Météo. Dans les régions où il pleuvra beaucoup, ces pluies seront de forte intensité et tomberont pendant une courte durée, pouvant causer des accumulations d’eau et des inondations. « La terre ne pourra plus absorber d’eau due à l’excès de pluies ce qui créera des accumulations d’eau et des inondations », explique Mamade Beebeejaun.
S’agissant des formations cycloniques, environ 10 tempêtes prendront naissance dans le bassin cyclonique sud de l’océan Indien, bien que toutes n’affecteront pas nécessairement directement les îles de la République de Maurice. Il est à souligner également que la région est de Diego Garcia est la plus propice à la formation de tempêtes. Cette saison, par ailleurs, les cyclones et tempêtes qui évolueront dans le sud de l’océan Indien conserveront un nom unique, même si le système a été baptisé par les services météorologiques australiens et qu’il pénètre dans la zone de responsabilité de Maurice. Le cas inverse est aussi appliqué. En effet, depuis la saison cyclonique précédente, les formations cycloniques prises en charge par le Bureau australien de météorologie conservent leur nom quand elles traversent la longitude 90° Est. Auparavant, la pratique voulait que les systèmes baptisés par les services australiens dans la zone 90° Est – zone dont l’Australie a la charge – soient renommés par les services mauriciens une fois qu’ils traversaient la longitude 90° ; les services météorologiques mauriciens ayant la responsabilité de nommer les dépressions évoluant dans la zone délimitée par les longitudes 55° E et 90° Est.
Autre fait inquiétant auquel il faut s’attendre : la multiplication des « extreme weather and climate events » tels que flash floods et tempêtes électriques, entre autres, particulièrement durant les mois d’été les plus chauds.