L’heure est à la traditionnelle présentation des perspectives pour la prochaine saison estivale qui débute le 1er novembre prochain. D’ores et déjà, la station météorologique de Vacoas annonce les couleurs d’un été qui sera plus chaud que d’habitude. Et il est très probable qu’à la pointe de l’été le mercure touche les 37 degrés sur la côte nord et ouest et à Port-Louis. À Rodrigues, les températures les plus élevées seront de l’ordre de 33 degrés sur les régions côtières.
L’été pointera son nez à temps, explique d’entrée de jeu, Mamade Beebeejaun, le directeur de la station météorologique. L’été 2014/2015 présentera des températures de deux degrés supérieurs à la normale, d’après le Summer Outlook rendu public hier après-midi et qui annonce par ailleurs des pics de 37 degrés cette saison. Cette situation n’est pas à écarter, fait comprendre Mamade Beebeejaun, vu que l’été dernier, la plus haute température était de 36,6 degrés Celcius. Ces températures extrêmes affecteront les populations vulnérables. Ces pics de chaleur, lors de journées successives, sont susceptibles de provoquer des vagues de chaleur. Raison pour laquelle la Météo qui, soulignons-le, a changé sa stratégie de communication saluée d’ailleurs par plus d’un, pour communiquer à temps l’arrivée de ces anomalies à la population, émettra des bulletins spéciaux en prévision de ces fortes chaleurs.
Le pays doit aussi se préparer à subir les effets des phénomènes météorologiques extrêmes, surtout entre décembre 2014 et mars 2014 où les conditions atmosphériques seront plus propices aux phénomènes tels que les pluies torrentielles, des flash floods, des vagues de chaleur, de violents orages accompagnés de mini-tornades et de hail storms, de micro-bursts ou encore de hautes vagues sous la forme de fortes houles ou des freak waves. « Past regional and international observations and scientific reports indicate that the frequency of extreme events continues to increase over the Republic of Mauritius. It is practically certain that similar events in the form of heavy and/or torrential rainfall leading to flash floods, violent thunderstorm or electric storm accompanied by mini tornadoes and hail storm, micro-bursts, high waves in the form of swells or freak waves, heat wave with high temperatures lingering for days and explosive growth of cyclonic activities will persistently occur during the forthcoming summer 2014-2015 », peut-on lire dans le Summer Outlook de la station météorologique de Vacoas, rendu public hier. Pour ce qui est des flash floods, Mamade Beebeejaun répond que même s’il est difficile de prévoir les régions où ces pluies d’intensité phénoménale s’abattent sur une région spécifique pendant un cours laps de temps jusqu’à provoquer des inondations, la météo mise sur le concept de « Nowcasting » qui offre des prévisions au-delà des 1h à 3 h pour alerter la population. Avec les fortes températures, il existe aussi de grandes chances pour que tombe la grêle à Maurice.
Entre 10 et 12 tempêtes
Pour les prévisions estivales cette saison, la Météo a décidé de changer de stratégie, en segmentant en trois parties la saison, afin de mieux anticiper ces phénomènes (Voir Tableau pour la liste des tempêtes tropicales pour le bassin cyclonique sud-ouest de l’océan Indien). La première période s’étend de novembre à décembre où entre 1 et 2 dépressions sont attendues. La période la plus active sera la deuxième, soit de janvier à mars 2015 avec environ 8 dépressions et enfin, la troisième ; d’avril à mai avec deux formations, ce qui porte au total entre 10 et 12 cyclones attendus cette saison. La plupart d’entre eux se formeront dans la région de Diego Garcia (NdlR : raison pour laquelle le service météorologique mauricien installera d’ici deux semaines une station automatique à l’île ronde afin de recueillir les ground observations comme la vitesse et la direction des vents. Ce qui peut mieux aider à la prise en charge des dépressions, et ce sans oublier le canal de Mozambique. En ce qu’il s’agit de l’intensité des formations, Mamade Beebeejaun dit de ne pas être surpris de voir se développer un système de la même force que le super-ouragan Bruce avec des rafales tournant autour de 322 km/h en son centre (décembre 2013) évoluant dans la région océan Indien, dû, dit-il, à l’augmentation de l’énergie dans l’océan.
Avec ces cyclones, il n’est pas exclu de voir se déclencher des mini-tornades. Les mini-tornades, des phénomènes très brefs, très localisés et impossibles à prévoir, se forment durant les cyclones et lorsqu’il fait très chaud.
Souvenez-vous en janvier 2014, deux cas de mini-tornades furent rapportés lors du passage du cyclone tropical Bejisa à Poudre d’Or et à Grand-Gaube. Des arbres ont été déracinés, des pylônes électriques et une toiture de maison arrachée. Ces mini-tornades ont pu survenir quand les bandes pluvieuses de Bejisa ont touché le pays le matin du 2 janvier.
Si Maurice a atteint 75 % de sa moyenne de pluviométrie pour l’hiver (485mm), le pays devra faire le plein de pluies cet été avec un cumul dépassant les chiffres habituels, soit avec 1450 mm et 700 mm à Rodrigues. « Toutes les indications sont là pour un été bien arrosé », explique le N° 1 de la station Météo nationale. Les pluies d’été ne devraient pas ainsi se faire attendre.