Le bâtiment de la Météo à Trou-aux-Cerfs, qui abritait l’ancien système de radar, sera rasé cette semaine. Les travaux devraient commencer au plus tard ce vendredi et dureront environ deux mois. Inutilisé depuis que le radar est tombé en panne en 2002, il fera place à un nouveau bâtiment qui abritera un radar doppler au coût d’environ Rs 500 M qui sera opérationnel d’ici 2015.
Ce weather detection radar des services météorologiques date de 1977 et avait été financé par le United Nations Development Programme (UNDP). Cet instrument s’était révélé précieux pour des observations et les prévisions météorologiques. Mais il commençait à montrer des signes d’épuisement en 2000, affecté par des pannes et a été finalement mis hors circuit en 2002 alors que Sok Appadoo était directeur de la station de Vacoas.
Le bâtiment de Trou-aux-Cerfs n’était donc plus utilisé et une partie du vieux radar qui abritait la sonde est exposée devant le QG de la Météo, à Vacoas. Depuis plusieurs années, Maurice opère donc sans radar et compte sur la collaboration de pays étrangers tels que La Réunion.
Après plusieurs années d’attente et d’incertitudes quant à la concrétisation du projet de nouveau radar dont le coût conséquent nécessitait que Maurice ait recours à l’aide d’agences étrangères, la station de Vacoas aura bel et bien un nouveau radar grâce à la coopération du gouvernement Japonais sous le Japanese International Cooperation Agency Programme. Un accord a été signé en juin dernier entre le gouvernement mauricien et celui du Japon sur l’acquisition du radar et la construction à Trou-aux-Cerfs, sur le site de l’ancien radar, le site de Trou-aux-Cerfs présentant plusieurs avantages et une position stratégique. Le coût du projet avoisinerait les Rs 500 millions, avait indiqué le Premier ministre Navin Ramgoolam au parlement en avril dernier.
Les travaux de démolition devaient débuter hier mais en raison de légers soucis liés de paperasserie, ils vont commencer d’ici vendredi, fait-on comprendre. Les travaux de démolition devraient durer deux mois. Les travaux de démolition en vue d’accueillir de nouveaux espaces pour abriter le nouveau radar semblent indiquer que le projet est dans la bonne direction.
Interrogé ce matin, le directeur de la station météorologique de Vacoas, Mamade Beebeejaun, devait confirmer que projet d’installation du nouveau radar Doppler « est en bonne voie ». Ce nouveau radar, poursuit-il devrait permettre de déterminer la direction dans laquelle évoluent les nuages et de quantifier le volume d’eau que contient un nuage.
Selon Météo France, les radars météorologiques, exploitant le principe de la rétrodiffusion d’une onde radioélectrique par les gouttes d’eau, permettent de localiser les zones de précipitations et d’en évaluer l’intensité. Ils détectent en temps réel les précipitations et déterminent en permanence leurs trajectoires et leurs évolutions. Aujourd’hui, il existe plusieurs systèmes, dont les radars Doppler, qui permettent de restituer le champ du vent à partir de traceurs naturels (turbulences, précipitations). Ainsi, les radars Doppler permettent notamment de détecter des noyaux très localisés de précipitations intenses qui peuvent se situer entre les stations pluviométriques. Ce type de radars, d’après Météo France, est populaire car ils jouent un rôle essentiel dans la prévision des précipitations et des crues à très courte échéance, en particulier en cas d’événement exceptionnel.
Beaucoup de techniciens, prévisionnistes et directeurs de météo, en service ou aujourd’hui à la retraite, conservent des souvenirs de ces lieux, particulièrement durant les alertes cycloniques. Des anecdotes durant les périodes cycloniques, et surtout comment ils étaient amenés à passer la nuit entière à Trou-aux-Cerfs et à dormir sur place ne manquent pas…