De retour au bercail pour une semaine de travail intense, entouré de délégués de plusieurs pays d’Afrique, le Dr Reychad Abdool, très connu dans le domaine de la lutte contre la toxicomanie, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Si nous avons choisi Maurice pour accueillir cette conférence régionale sur les mesures de Réduction des Risques (RdR) en milieu carcéral, c’est parce que l’île est l’unique pays du continent à offrir actuellement ces prestations », soutient le Senior Regional HIV & AIDS Adviser for Africa à l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC).
« Hormis quelques prisons du Maroc, où des projets pilotes ont été mis en route, aucun autre pays d’Afrique dispense actuellement des mesures de RdR, dont la méthadone, aux détenus toxicomanes », relève d’entrée de jeu le Dr Reychad Abdool. En ce sens, estime-t-il, « Maurice est en avance et son expérience en la matière devrait pouvoir inspirer d’autres pays. Bien entendu, on n’a pas tout fait à ce stade… Il reste encore des améliorations à apporter et d’autres éléments, comme l’usage des seringues propres et la disponibilité des préservatifs à prendre en considération. Mais une première étape, qui est importante, a été franchie et il convient de le reconnaître ».
« Les spécificités de Maurice et des autres pays participant à la conférence, comme le Lesotho, la Tanzanie, le Zimbabwe ou encore l’Éthiopie, ne sont évidemment pas les mêmes. L’objectif de cette conférence a été de mettre en commun les connaissances et le savoir-faire de tout un chacun ; avec l’expérience mauricienne pour élaborer un “road map”. Ce document permettra à chaque pays d’établir une marche à suivre adéquate, répondant aux demandes et attentes de chacun », explique le Senior Adviser de l’UNODC.
Une des bonnes pratiques mise en avant, note encore le Dr Abdool, « c’est le fait que 99 % des tests et le counselling à Maurice se font dès l’entrée à la prison. Il n’y a donc qu’une infime partie qui passe à travers le filet. Et elle comprend par exemple les détenus qui ne vont pas rester longuement derrière les barreaux ou qui sont en partance… »
Le Dr Abdool fait état d’un comprehensive package élaboré par divers experts et présenté aux pays de la SADC en matière de nécessité de RdR dans les prisons. « Ehab Salah, mon collègue de l’UNODC, a présenté ce programme lors de la conférence. Il comprend non seulement les mesures comme le traitement, les seringues propres et les préservatifs, mais aussi l’éducation des patients, l’information, les tests, les suivis réguliers, entre autres, pour assurer aux détenus une prise en charge aussi complète que possible et efficace. » Il rappelle par ailleurs que « Maurice, au même titre que plusieurs autres pays de la SADC, a signé ce protocole… »