Après avoir annoncé le retour du programme d’induction à la méthadone, il y a quelques semaines, le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, serait maintenant disposé à passer aux choses pratiques. En effet, suite à une rencontre avec le ministre, jeudi dernier, le président de Prévention Information Lutte contre le Sida (PILS), Dhiren Moher, se dit convaincu de la bonne volonté de celui-ci et que la méthadone sera de retour. était présente à cette rencontre, le docteur Catherine Gaud, présidente de l’association Réunion Immunodéprimés Vivre et Ecouter (Rive) et chef du service d’immunologie au CHU Félix Guyon de La Réunion.
Pour Dhiren Moher, cet échange avec le ministre Husnoo a été positif et encourageant. Le président de PILS est d’avis qu’un pas en avant a été fait pour assurer le retour de la méthadone. Toutefois, selon ce dernier, ce seraient les points de distribution qui feraient l’objet de réflexion. « La méthadone doit être distribuée dans des lieux qui ne poseraient pas de problèmes à la société. En tout cas, pas dans l’enceinte des postes de police », explique Dhiren Moher tout en se disant satisfait de la réaction du ministre Husnoo sur ce chapitre.
« Anwar Husnoo s’est montré très attentif et ouvert à toute collaboration avec le Dr. Gaud », dit-il avant de poursuivre : « Nous avons aussi discuté des nouvelles molécules antirétrovirales. Nous n’avons jamais revu le protocole des antirétroviraux, alors que dans le monde entier on est passé à la prise d’un médicament au lieu de plusieurs. L’implication économique n’est pas négligeable. Et pour le patient, le traitement est moins lourd. Prendre plusieurs médicaments par jour peut s’avérer démoralisant. Dans un autre temps, nous avons parlé du traitement de l’hépatite C, d’autant qu’à ce jour nous n’avons toujours pas de données quantitatives officielles sur les patients porteurs d’hépatite C. »
Par ailleurs, c’est aussi durant cette réunion que le président de PILS a pris connaissance de la formation, pour bientôt, de médecins sur le VIH et les addictions par des spécialistes de Bordeaux. Ce qui tombe à point, car Maurice accueillera le colloque VIH océan Indien en 2018.