Dans une lettre adressée hier au président de l’Equal Opportunities Commission (EOC), Brian Glover, Me Rama Valayden l’invite à ouvrir une enquête sur les propos controversés d’Anil Gayan. Le ministre de la Santé avait en effet déclaré, lors d’un congrès de son parti, qu’il avait supprimé la méthadone car « 300 personnes sous ce traitement avaient voté pour Rajesh Bhagwan ». Ce qui pourrait représenter une discrimination envers ces derniers sur la base de leur opinion politique sous l’Equal Opportunities Act.
« The statement of Hon Gayan is self-explanatory in all aspects and covers all forms of discrimination as per Part II of Equal Opportunities Act 2008. » C’est partant de ce constat que l’avocat, qui a rejoint  récemment les rangs du PTr, invite l’Equal Opportunities Commission à ouvrir une enquête sur les propos du ministre de la Santé, Anil Gayan.
Me Valayden dit également prendre les devants car les patients sous traitement de méthadone eux-mêmes ne peuvent le faire, craignant d’être « persécutés » par le ministre. Ce dernier avait en effet déclaré, lors d’un congrès du Mouvman Liberater la semaine dernière, avoir arrêté l’utilisation de la méthadone car « 300 patients sous méthadone avaient voté pour Rajesh Bhagwan ».
Cet argument est susceptible de représenter une offense en vertu de la Part II de l’Equal Opportunity Act 2008 sur les types de discrimination. Cette loi reconnaît en effet plusieurs « grounds » de discrimination, dont l’opinion politique. Si l’EOC va de l’avant avec cette requête de Me Rama Valayden, il s’agira du deuxième cas impliquant le ministre de la Santé. Une enquête sur la nomination de Vijaya Samputh à la tête du Cardiac Centre est en cours et a donné lieu à un bras de fer entre la commission et le ministre. Aucune des personnes convoquées dans le cadre de cette enquête ne s’est en effet présentée à la commission. De même, le ministre a porté plainte contre le président de l’EOC pour avoir divulgué des informations à la presse.
Alors que l’affaire Vijaya Samputh pourrait être référée à l’Equal Opportunities Tribunal, l’EOC pourrait débuter une nouvelle enquête sur l’arrêt de la méthadone. Jusqu’ici, Anil Gayan a toutefois laissé entendre que les propos tenus lors du congrès du ML ont été retirés de leur contexte.