Un pan du béton démoli avec les câbles électriques juste à côté

Alors que les contours du Metro Express commencent à se dessiner à la rue Vandermeersch, les lacunes entourant les travaux en cours refont surface. Des ouvriers d’un sous-traitant agissant sous l’autorité de Larsen & Toubro, s’affairent, depuis hier, sur une distance de 100 mètres, à démolir une partie de la base en béton devant supporter les rails du Tramway.

En cause, la présente de conduits de télécommunication sous la structure. Cette information vient apporter de l’eau au moulin de ceux qui dépeignent une approche teintée d’amateurisme dans la conduite des opérations. Les travaux d’installation des câbles téléphoniques, de drains et de la base en béton terminés, il ne restait plus qu’à implanter le réseau électrique par le biais d’une réorganisation des sous-sols et des travaux préliminaires.

L’ultime étape avant l’installation des rails, soit dit en passant, est en cours près du rond-point de Beau-Bassin. Or, selon un ouvrier, qui préfère garder l’anonymat, « l’installation de ces câbles est impossible, car suite à un manque de communication et de synchronisation, il se trouve que le vaste réseau téléphonique a été installé en lieu et place du réseau qui servira d’alimentation électrique pour les Urbos 100-3 ! » Les travaux se concentrent actuellement à creuser un pan de la base en béton sur une distance de 100 mètres, à l’aide d’une pelleteuse mécanique.

Selon notre interlocuteur, « le fait que Larsen & Toubro confie partiellement ses opérations à une succession de sous-traitants, augmente la pression et la concurrence, avec pour effet que, bien souvent, les travaux sont bâclés. »