– La mise en opération de la liaison Rose-Hill/Quatre-Bornes annoncée pour la fin de l’année au lieu de septembre

– Avec 250 000 passagers transportés par les Urbos 100, la moyenne de 15 000 voyageurs par jour se confirme, excluant les bénéficiaires de “bus pass”, notamment les étudiants

– L’exploitation du réseau de “feeder buses”, avec quelque 4 000 usagers par jour, suscite des interrogations

Le Steering Committee sur le Metro-Express, présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, d’une durée de deux heures et quinze minutes, a établi un nouveau calendrier de travail pour la phase II du chantier entre Rose-Hill et Curepipe. Ainsi, la liaison ferroviaire entre Rose-Hill et la gare de Quatre-Bornes, annoncée initialement pour septembre prochain, pourrait être repoussée vers la fin de l’année. D’autre part, le chantier du Metro-Express à Curepipe devrait démarrer au plus tard à la mi-février. C’est ce qu’a appris Le Mauricien de sources concordantes après l’état des lieux dressé hier par Metro Express Limited à l’intention des membres de cette instance officielle, assurant le monitoring de ce projet avec des investissements d’au moins Rs 18,8 milliards. Pour ce qui est de l’exploitation commerciale du trajet entre Rose-Hill/Port-Louis et vice-versa, la fréquentation des Urbos 100 est de l’ordre de 15 000 passagers par jours, excluant principalement les étudiants voyageant avec des Bus Passes. Par contre, le volet du réseau de Feeder Buses pourrait être revu et corrigé car ces autobus, principalement venant de la flotte de Rose-Hill Transport Ltd et de la United Bus Service Limited, vu que les chiffres ne donnent qu’une moyenne de 4 000 passagers prenant avantage de ce Shuttle Service avec le Metro-Express.

Lors de la présentation initiale de l’évolution de ce projet d’infrastructure dans le transport en commun, Metro Express Limited se félicite de l’accueil réservé par le public voyageur au nouveau service avec bientôt un mois d’exploitation. Au week-end dernier, le nombre de passagers abordant les Urbos 100 aux différentes stations entre Rose-Hill et Port-Louis est de 260 000, soit une moyenne de 15 000 par jour. Mais du côté de Metro-Express Limited, l’on fait comprendre qu’il faudra ajouter à ce chiffre entre 3 500 et 5 000 étudiants prenant le Metro-Express chaque jour en présentant le Bus Pass.

« Nous aurons une idée exacte du nombre de passagers quand tous les étudiants présenteront leurs MeCards pour voyager. À ce jour, bon nombre d’entre eux ne disposent que des anciens Bus Passes. De ce fait, nous pensons que le public voyageur a réservé un accueil favorable au Metro-Express, qui devra facilement passer le cap des 20 000 passagers par jour », fait-on comprendre du côté de Metro-Express Limited après la réunion du Steering Committee d’hier.

Toutefois, dans l’immédiat, l’aspect d’entretien du Rolling Stock aussi bien que du réseau ferroviaire retient l’attention. « Cette affaire d’entretien a été évoqué lors des échanges du Steering Committee. La maintenance est extrêmement importante pour s’assurer de la qualité du service et surtout de la ponctualité dans la desserte entre Rose-Hill et Port-Louis. Nous en sommes pleinement conscients et rien n’est laissé au hasard », ajoute-t-on.

Les membres du Steering Committee, vu la participation de nouveaux ministres et Private Parliamentary Secretaries à ces discussions, ont bénéficié d’une présentation globale de l’ensemble du projet. Outre la première phase, l’état des travaux pour la connexion ferroviaire entre Rose-Hill et la gare routière de Quatre-Bornes a été abordé. Des indications sont qu’en raison du temps, des retards ont été accusés sur le chantier. « De par l’état des choses entre Rose-Hill et Quatre-Bornes, il faudra s’attendre à voir la mise en service de cette extension vers la fin de cette année au lieu du mois de septembre comme il avait été prévu. Mais à ce jour, nous préférons ne pas avancer de date précise pour l’extension du Metro-Express à Quatre-Bornes, sauf que ce sera vers la fin de cette année », confient des sources bien informées.

Au chapitre du chantier partant de Curepipe, les différentes parties concernées ont évoqué des contraintes notées jusqu’ici avec pour conséquence un retard dans le démarrage des travaux d’infrastructure. Le message transmis officiellement aux différents Stakeholders est que le recours à la concertation pour aplanir les difficultés, comme tel a été le cas pour la première phase, devra être privilégié. Avec l’aménagement d’une Bus Holding Area dans les parages de la gare Jan Palach aussi bien que des Bus Shelters et des toilettes, les travaux devront être entamés au plus tard à la mi-février. C’est du moins ce qui a été consenti au niveau du Steering Committee.

Un point névralgique des travaux de la Phase II du Metro-Express est signalé à la hauteur de Saint-Jean avec des risques d’embouteillage. Pour atténuer ce problème, les autorités, de concert avec les contracteurs de Larsen & Toubro, ont élaboré un Scheme pour mettre à exécution l’avancement des travaux par tranche de 250 mètres.