Si du côté de la force policière, le couperet est très vite tombé après l’épisode des incidents à Barkly en marge du démarrage du chantier du Metro Express, du côté de la station de radio et de télévision nationale, la situation prend une autre tournure. Selon les dernières informations disponibles au cours de la matinée, le directeur de la MBC, Meckraj Baldawo, pourrait s’en sortir au pire avec un “Severe Warning”. De son côté, le Chief Editor, Jagsdih Jatoo, devra répondre à des charges dressées par le Conseil d’administration de la MBC avant de savoir quel sera son sort à la Maison de la Radio et de la Télévision.
Après avoir pris connaissance des explications du directeur général de la MBC sur le « grave manquement » en privant les abonnés de la radio et de la télévision nationales de toute information au sujet des tensions à Résidence Barkly et à La Butte avec l’opération de démolition et d’éviction pour le passage du Metro Express, le board a recommandé un “Severe Warning” au principal concerné. Cette recommandation du Conseil d’administration a été transmise au Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour toute décision. Différentes options sont ouvertes pour la suite des événements, Pravind Jugnauth pouvant soit entériner la décision de donner un avertissement sévère à Meckraj Balwao, soit la rejeter et réclamer un complément d’enquête en raison de la gravité des faits reprochés à la direction générale de la MBC.
Toutefois, selon les indications du Prime Minister’s Office ce matin, le directeur général devra être maintenu à son poste après cet avertissement. D’ailleurs, le principal concerné, qui a été appelé samedi à Step Down, sur décision du Premier ministre, devait être reçu dans la matinée par ce dernier pour ce qui est présenté comme une « séance de recadrage pour éviter toute récidive à l’avenir ». L’absence d’image et de reportage lors des bulletins d’informations de la MBC dans la soirée de vendredi est restée en travers de la gorge de certains à l’hôtel du gouvernement, d’où la réunion d’urgence du board samedi dernier.
Par ailleurs, le suspense est encore de mise pour le journaliste Jagdish Jatoo, qui agissait vendredi en tant que Chief Editor. Le Conseil d’administration lui a accordé un délai pour répondre aux charges dressées contre lui pour manquement professionnel. Il reste sous le coup d’une suspension en attendant de fournir ses explications au sujet des événements à la Newsroom de vendredi dernier. Dépendant de la pertinence de ses explications, Jagdish Jatoo pourrait réintégrer son poste avec au mieux un avertissement ou encore le board de la MBC pourrait décider de mettre en place un comité disciplinaire pour des auditions en vue de décider de la marche à suivre. En tout cas, le passage du Metro Express sur les ondes de la MBC a généré une atmosphère d’incertitude avec la rédaction vu la décision de David Boodnah de se mettre en retrait du poste de directeur à l’information compte tenu du nouveau contexte.
Dans les milieux proches de Meckraj Baldowa nous apprenons qu’il a expliqué au conseil d’administration qu’il a été pris pendant toute la journée de vendredi par des rendez-vous et des réunions de travail. Il aurait expliqué que lorsqu’il a appris ce qui se passait à La Butte et à Barkly, il s’est informé auprès de la rédaction qui lui a donné l’assurance que la situation était suivie de près. Il a fait comprendre qu’en tant que directeur général, il assume ses responsabilités, mais que toutefois il y a des limites qu’il ne peut dépasser et que les rédactions opèrent dans un framework très clair dans de telles situations.
Dans les milieux de la rédaction, on déplore toutefois l’influence du conseiller du Premier ministre Prakash Maunthrooa sur certains journalistes dont Jagdish Jatoo.
Affaire à suivre…