• La MEL prend réception de deux autres URBOS 100 débarquant ce lundi du Hoegh Detroit

Après la livraison de deux trains par le constructeur ferroviaire espagnol, Construcciónes y Auxiliar de Ferrocarriles (CAF) au mois de juillet et d’août, deux autres trains ont débarqué du navire Hoegh Detroit à Port-Louis. Les trains, qui arrivent en pièces détachées, ont quitté le port mardi pour leur attelage à Richelieu.

À bord du navire battant pavillon norvégien, Hoegh Detroit, les deux trains sont arrivés à six heures lundi. Après les procédures portuaires, c’est vers 10 heures que les deux trains sont sortis du bateau pour être réceptionnés par Metro Express Limited (MEL). « Ces deux trains réceptionnés, ils sont acheminés vers le dépôt pour l’exercice de “coupling” », explique-t-on à Metro Express Limited. L’attelage ou le “coupling” des deux trains se fera une fois à Richelieu.

Cet exercice, selon le Communications Manager de Metro Express Limited, Abhai Neermaull, se fait rapidement, soit en une demi-journée ou une journée entière dépendant du nombre de personnes disponibles pour cet exercice. « CAF a déjà mobilisé tout son personnel et l’exercice se fera rapidement », a-t-il dit.

Le train, selon lui, est une « combinaison de systèmes qui se joignent » où chacun a sa spécialité telle la communication électronique, la mécanique, le freinage, entre autres. C’est l’équipe de CAF qui prend en charge tout l’exercice avec le concours de Larsen & Toubro et MEL. Toutefois, MEL a un droit de regard sur ce qui est effectué compte tenu de son contrat.

Lors des tests, quatre personnes sont nécessaires pour diriger le train. « Cet exercice nécessite l’expertise de plusieurs personnes », dit-on. Une équipe de CAF est présente à Maurice depuis l’arrivée du premier train. Cette équipe restera à Maurice jusqu’à la fin du projet, soit après la livraison de tous les trains et que tous les systèmes soient en place.

La compagnie espagnole a également obtenu un contrat de cinq ans pour l’entretien des trains. CAF a déjà recruté des Mauriciens pour leur entretien. Durant leur séjour à Maurice, le personnel de CAF assurera la formation des Mauriciens pour qu’ils puissent effectuer les travaux d’entretien après leur départ. CAF a déjà mis à la disposition de ceux qu’elle a recrutés des manuels d’instruction pour leur apprentissage.

Respect des protocoles et des procédures

Le premier train a effectué son test jeudi de Richelieu à Barkly sur deux kilomètres. Le fait que le premier train ait roulé 5 km/h lors de ce test est considéré « normal » à Metro Express. « Nous avons des procédures et des protocoles à respecter. Si le train a roulé à cette vitesse, c’est pour recueillir des données et s’assurer du bon déroulement du test », précise-t-on à MEL. D’ailleurs, dit-on, le train et les rails sont neufs. D’où la nécessité d’agir avec prudence.

Après ces quatre trains réceptionnés, un autre le sera au mois d’octobre. À la suite d’un “testing” effectué par le premier train, les autres rames passeront par le même processus jusqu’à ce que tout soit prêt pour le lancement le 30 septembre. À ce jour, plus de 95 % des travaux sont déjà effectués sur la phase une, soit de Port-Louis à Rose-Hill. Pour tout le tracé de Curepipe à Port-Louis, ils seront 18 trains à effectuer le trajet.

À noter que Metro Express est le client, soit le concepteur du projet. Larsen & Toubro est l’entrepreneur pour réaliser le contenu du contrat qu’il détient avec MEL. Ce contrat est un EPC (Engineering, Procurement, Construction) Contract où L&T a reçu un montant fixe de MEL. L&T a la responsabilité de chercher, entre autres, ses sous-traitants pour mettre en œuvre le contrat. S’agissant du choix de CAF, il a été fait par L&T en collaboration avec MEL.