Madame Mansoor Rujubali a convié les journalistes à une conférence de presse, en ce matin du jeudi 15 février, pour faire part de ses déboires suite à la démolition de sa maison située sur le tracé du Métro Express au mois de septembre 2017.

La famille Rujubali avait été chassée de chez eux à La Butte, il y a 6 mois, dans le cadre des démolitions sur le tracé du Métro Express. L’histoire avait fait la Une des médias de par la résistance de la famille à quitter les lieux. Pour sa part, le gouvernement avait mis en avant que la famille Rujubali était dans une situation d’illégalité — leur maison étant construite sur un terrain de l’État et la famille possédant des biens fonciers et de ce fait ne se retrouvait pas dans une condition modeste. De son côte, Azam Rujubali a affirmé, papier en main que son bail n’expirait qu’en 2023.

La famille a donc dû malgré elle quitter leur maison pour élire cette fois domicile dans un bâtiment qui  a été mis à leur disposition par une connaissance, attendant que le gouvernement leur offre une compensation. Néanmoins, jusqu’ici selon Mme Rujubali, «aucune compensation ne leur a été faite, ils n’ont pas respecté leur parole » et de faire ressortir que sa famille vit actuellement dans un « environnement dépourvu de sanitaires, d’eau et d’électricité ». Les multiples tentatives de la famille pour rencontrer Mahen Jhugroo, le Ministre des logements et des Terres ont été vaines jusqu’ici.

Mme Rujubali dit avoir reçu une lettre affirmant « qu’ils n’avaient pas droit à une compensation, puisque l’offre était passée…» comme stipulée par la lettre ci-jointe.

De ce fait, Mansoor Rujubali a lancé un appel au ministre Jhugroo pour revoir sa situation au plus vite.